Après le terrible incendie de Notre-Dame de Paris, deux exigences : élucider les causes, faire vraiment payer les réparations aux milliardaires « mécènes »

16 Avril 2019 Publié dans #Culture

Après le terrible incendie de Notre-Dame de Paris, deux exigences : élucider les causes, faire vraiment payer les réparations aux milliardaires « mécènes »

EDT pour PCF Paris 15, 16 avril 2019

Pour nous communistes, comme pour presque tout le monde, le terrible incendie qui a dévasté Notre-Dame de Paris représente un dommage déplorable, en partie irréparable, au patrimoine architectural, artistique et historique de la France et de l’Humanité.

Fort heureusement, il n’y a pas eu de mort. Comme tout le pays, nous saluons l’œuvre des pompiers et souhaitons à leurs blessés de se rétablir promptement. La plupart des œuvres d’art et des objets historiques inestimables que contenait la cathédrale semblent avoir été sauvés. Ça été l’inquiétude de toute la nuit.

A chacun d’exprimer, ou non, son émotion. Nous ne rentrons pas dans le concours dérisoire des formules bien senties ou grandiloquentes que se livrent les politiciens et les candidats aux élections.

Politiquement, pour l’instant, il nous vient ces premières réflexions.

Il est assez lamentable, qu’en ces heures, la télévision nationale, faillant encore  à sa mission de service public d’information et d’éducation, ne trouve pas d’autre « expert » pour intervenir en direct qu’un marchand de vérandas et de feuilles monarchiques à l’eau de rose, même s’il est un courtisan attitré du couple présidentielle. Les ingénieurs, les architectes, les historiens de l’art et les historiens spécialistes ne manquent pourtant pas.

Il est absolument nécessaire de faire toute la vérité sur l’origine du sinistre, sur les conditions d’encadrement et de sécurité du chantier de restauration. Il faut notamment mesurer qu’elles ont pu être les conséquences de la baisse des moyens attribués aux services du Patrimoine et des Monuments nationaux, du recours probable à des sous-traitances privées en cascades. Que toutes les précautions n’aient pas été prises pour un tel édifice est impensable, après coup.

Les réparations, dans la limite de qui sera possible, s’élèveront à plusieurs centaines de millions d’euros, au bas mot. Cette circonstance exceptionnelle invite à faire connaître et reconsidérer le scandale des déductions fiscales accordées aux grandes entreprises, aux milliardaires à leurs fondations « culturelles ».

La culture vivante, l’entretien des monuments, tout le ministère de la Culture, sont au régime de la disette, pendant que des centaines de millions d’euros d’avantages fiscaux sont donnés aux capitalistes pour leur publicité, pour leur permettre, aux frais de la nation, d’imposer leur langage et leur idéologie culturels.

Un milliardaire semble devancer l’appel en proposant 100 millions d’euros. Si c’est pour que l’Etat lui en rembourse 60… Il faut mettre fin à ce détournement de l’argent de la culture, le reprendre pour une politique culturelle au service du peuple.

Que ce malheur serve à quelque chose !

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article