Parcoursup : gros bug d’un système autant injuste qu’opaque !

19 Mai 2019 Publié dans #Education nationale

 Parcoursup : gros bug d’un système autant injuste qu’opaque !

Lannée dernière les ministres Blanquer et Vidal ont lancé Parcoursup, un nouveau système d’orientation post-bac destiné à remplacer APB. A grands renforts de pubs et de slogans travaillés par leurs boites de com’, ils ont tenté de cacher la réalité de Parcoursup : un système complètement injuste et opaque, destiné à instaurer la sélection à l’université, à accompagner les manques de moyens dans l’éducation et à accentuer encore un peu plus les inégalités scolaires. Après une première année marquée par plusieurs bugs et par une opacité totale permettant aux ministres d’assurer que « tout va bien », la seconde édition de Parcoursup s’ouvre par un gigantesque bug qui révèle encore un peu plus la nature du dispositif et derrière lui toute la politique éducative de ce gouvernement.

Ce mercredi 15 mai au soir, les presque 900 000 candidats inscrits sur Parcoursup recevaient leur première série de réponses à leurs demandes. Pour ceux qui avaient reçu une réponse positive, la joie fut de courte durée ! Vendredi 17 mai au matin, à la suite d’un rétropédalage de nombreux lycéens au départ acceptés se retrouvent finalement placés en liste d’attente. Un bug de la plateforme est à l’origine du problème, mais contrairement aux dires du gouvernement, ce bug n’est pas secondaire. Il est d’une ampleur considérable et révèle tout le fonctionnement d’une plateforme largement fondée sur des algorithmes opaques.

Depuis la découverte du problème, le gouvernement n’a de cesse de minimiser le problème. Il annonce qu’il ne peut pas donner de chiffres sur le nombre de candidats concernés (signe soit d’une incompétence grave, soit d’une malhonnêteté totale, ou bien les deux…) et précise que le problème ne concernerait que 2% des formations et principalement des BTS. En réalité le problème est bien plus vaste, puisque toutes les formations du supérieur sont concernées et selon un article du journal Les Echos, 70 000 candidats seraient touchés. Dans les établissements à proximité géographique des universités/IUT/BTS concernés par le bug, ce n’est pas rare d’avoir 50% des élèves de terminales concernés par le problème (tel est le cas par exemple dans beaucoup de lycées des Yvelines).

En plus de minimiser le problème et de mépriser les élèves concernés, la ministre de l’enseignement supérieur Vidal rejette la faute sur les établissements d’accueil qui se seraient trompés lors du paramétrage de leurs capacités d’accueil. Le gouvernement se défausse également sur les professeurs de lycée en leur demandant d’assurer le service après-vente de leur dispositif. Trop occupé à justifier ses choix destructeurs, le gouvernement ne se soucie nullement du sort des dizaines de milliers de lycéens placés dans une incertitude et une incompréhension des plus totales.

 

Derrière ce bug, c’est toute la violence sociale, l’injustice et l’opacité du dispositif Parcoursup qui se révèle !

 

Construit comme une véritable usine à gaz, Parcoursup est un dispositif d’orientation largement incompréhensible pour les lycéens et les enseignants et surtout d’une opacité totale. Chaque formation, à l’échelle locale, peut choisir ses critères de classement des candidats sans cadrage national. Concrètement, les facs ont mis en place des algorithmes de sélection que ni les lycéens, ni les enseignants ne connaissent. Résultat, aucun candidat n’est capable de savoir ce qui motive son acceptation ou son refus. Il en découle un profond (et légitime) sentiment d’injustice.

L’objectif central de Parcoursup est d’instaurer une sélection pour les études supérieures et ainsi régler le problème du manque de places à la fac. Plutôt que de mettre sur la table les moyens nécessaires pour que l’Université puisse accueillir les lycéens supplémentaires issus du baby-boom (il faut rappeler que le bac est le premier grade universitaire), le gouvernement a préféré régler le problème en instaurant la sélection. Cette sélection, malgré les éléments de langage du gouvernement, est une sélection de classe. Selon son lycée, sa filière, les moyens des ses parents, les lycéens n’ont pas du tout les mêmes possibilités d’orientation.

Parcoursup permet également de favoriser le développement de l’éducation privée au détriment du système public qui ne cesse de reculer dans le supérieur. Le système étant tellement complexe et opaque, que tout lycéen dont les parents ont un peu les moyens préférera se tourner vers des écoles privées qui proposent des formations en-dehors de Parcoursup. Pour les autres, dont les parents sont ouvriers, employés… le parcours du combattant Parcoursup est un passage obligatoire ! Derrière cela c’est tout une offre publique d’éducation en baisse, moins de moyens publics alloués et davantage d’écoles privées supérieures qui adaptent leurs formations aux besoins du patronat.

Tout cela va de pair avec une destruction massive de l’orientation publique. Les PSY-EN (anciens Conseillers d’Orientation Psychologues) dans les établissements sont en nombre largement insuffisants. Les structures publiques d’orientation comme les CIO sont démantelées. Le gouvernement a ainsi fait le choix de faire peser la totalité de la tâche d’orientation sur les Professeurs Principaux qui n’ont ni la formation ni le temps d’effectuer ces tâches spécifiques et chronophages. Il reste alors le choix des officines privées d’orientation qui se multiplient de façon exponentielle en pratiquant des prix exorbitants… A l’opposé de cette logique, il est urgent de se battre pour qu’un système d’orientation public d’ampleur soit construit avec des objectifs clairs : tenir compte des aspirations des jeunes, faire connaître la diversité des formations existantes et permettre une orientation qui réponde aux besoins du pays.

Enfin, Parcoursup est une mesure qui forme un tout cohérent avec la réforme actuelle du lycée et du baccalauréat. A partir de la rentrée prochaine, les filières S, ES et L disparaîtront, les élèves devront alors choisir en cours de seconde des spécialités. Elles serviront alors « d’attendus » demandés par les différentes formations dans Parcoursup. Cela revient à demander à des élèves de 15 ans de choisir leur orientation post-bac ! De plus, avec la fin du baccalauréat national, les critères de sélection de Parcoursup reposeront de plus en plus sur le lycée d’origine de l’élève. De quoi faire encore un peu plus exploser les inégalités scolaires.

Le bug récent de Parcoursup révèle entièrement son caractère opaque et injuste et, derrière, l’intégralité de la politique éducative du gouvernement. Depuis plusieurs semaines, un vaste mouvement de lutte traverse l’éducation nationale pour revendiquer l’abrogation des réformes Blanquer. Les lycéens, massivement dans la rue en décembre dernier, doivent rejoindre le mouvement avant la fin de l’année pour mettre en échec un gouvernement actuellement déstabilisé.

 

Plus que jamais, lycéens, enseignants et parents d’élèves doivent lutter main dans la main pour défendre le service public d’éducation.

 

Les communistes appellent tous les enseignants, lycéens, étudiants et parents d’élèves à s’impliquer dans les différentes journées d’action et dans les mobilisations locales pour la défense du service public d’éducation. Nous revendiquons :
-l’abandon de Parcoursup et la mise en place d’un dispositif transparent et démocratique d’orientation post-bac assurant à tous l’orientation de son choix.
-davantage de moyens pour l’orientation publique afin de créer des postes de PSY-EN dans les établissements et l’essor des Centre d’Information et d’Orientation (CIO).
-le recrutement massif d’enseignants et de personnels encadrants de la maternelle au supérieur afin d’abaisser le nombre d’élèves par classe et d’améliorer l’accueil.
-le retrait du projet de loi dit « école de la confiance » et des réformes du lycée et du baccalauréat.
-l’augmentation des salaires et l’amélioration des conditions de travail des enseignants afin d’enrayer la crise de recrutement dans le métier.
-la fin du processus d’autonomisation des établissements et le retour à un vrai cadrage national seul élément à même de garantir un réel service public d’éducation.

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article