Télégramme à MG Buffet

4 Janvier 2006 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #Actualités du PCF

TELEGRAMME D’URGENCE A MARIE-GEORGE BUFFET, SECRETAIRE NATIONALE DU PCF

 

SANS REPONSE LE 4 JANVIER A 19H00

 

Paris, le 3 janvier 2006 

 

 

Chère camarade,

 

Nous avons déposé hier à 17H00, dans les temps, un projet de base commune alternative intitulée « Remettons le PCF sur les rails de la lutte des classes », accompagné de 315 signatures de communistes provenant de plus de 30 départements dont 235 membres du Parti et 80 camarades qui pour la plupart se retrouvent sans carte depuis quelques années.

 

Ce matin à 11H00, Brigitte Dionnet, présidente de la Commission de transparence nous a joints au téléphone pour nous dire que « malheureusement » notre texte ne pourrait pas être pris en compte parce que seulement 197 (ou 194) signatures seulement avaient été validées par les fédérations, au lieu des 200 nécessaires. Nous avons proposé de vérifier nom par nom les camarades « recalés ». 10 nouvelles signatures sont aussi arrivées par la Poste aujourd’hui. Elles ont été aussitôt portées au Colonel Fabien mais la Commission n’a pas voulu les prendre en considération car elles seraient « hors délais ». Par ailleurs, plus de 30 signatures de camarades « encartés », dont 20 de Dordogne postées jeudi dernier, ne sont toujours pas parvenues à Paris. Tu connais comme nous les aléas de la dégradation du service public.

 

Il paraît inimaginable que des règles purement bureaucratiques et subsidiaires excluent du débat du Congrès un texte et un point de vue portés par bien plus de 200 communistes dans le pays.

Les conditions fixées pour l’élaboration et à la validation de bases communes alternatives ont été déjà incroyablement restrictives puisque, comme tu le sais, le projet adopté par le Conseil national n’a été rendu public que le 14 décembre et que l’on ne laissait aux communistes que jusqu’au 2 janvier, soit à peine 15 jours dans la période de l’année la plus défavorable, pour rédiger une base alternative, la faire connaître et la faire signer par 200 adhérents.

 

Quels que soient nos désaccords profonds, il n’est dans l’intérêt d’aucun membre du PCF qu’un signal de pratiques antidémocratiques dans le Parti soit donné aux communistes et à l’opinion publique à la veille d’un congrès crucial pour notre avenir et l’avenir du pays.

 

Pour faire gagner la démocratie, nous te demandons d’intervenir pour que le texte « Remettons le PCF sur les rails de la lutte des classes » puisse être pleinement intégré au débat démocratique du Congrès.

 

Vu l’urgence, merci de nous répondre très rapidement.

 

Fraternellement,

 

 

Pour les signataires,

 

 

Les membres du secrétariat de section du PCF Paris 15 :

 

Albert BARRE, Emmanuel DANG TRAN, Henri DERRIEN, Josette GAWSEWITCH, Emile TORNER et Stéphane AURIOL

 

T : 01 48 28 60 05. ou 06 76 54 66 62, Fax : 01 48 28 40 88, Mail : pcf15@wanadoo.fr

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article