Un décret ça s'abroge - communiqué du collectif PCF-RATP-BUS

16 Janvier 2008 , Rédigé par PCF - Collectif PCF-RATP-BUS Publié dans #Défense de la retraite par répartition

Parution au Journal officiel des décrets « réformant » les régimes de retraites SNCF et RATP


La négociation débouche sur un diktat ! Un décret, cela s’abroge !

Communiqué du secrétariat du Collectif PCF-RATP-BUS, 16 janvier 2008

 

Les décrets « relatifs aux régimes spéciaux de retraite » des agents de la SNCF et de la RATP ont été publiés au Journal officiel de ce matin. On en connaissait les textes depuis le 26 décembre.

Comme pour la SNCF, le décret concernant la RATP comprend toutes les dispositions jugées inacceptables par la quasi-totalité des agents à savoir l’allongement de la durée de cotisation, l’instauration d’une décote et l’indexation des pensions sur les prix et non plus sur les salaires. Le double-statut et la remise en cause de la prise en compte de la pénibilité ne figurent pas dans le texte de décret mais ne sont pas abandonnés pour autant, seulement renvoyés à la « négociation » générale interprofessionnelle.

Le mouvement de grève a été suspendu le 22 novembre au prétexte de l’ouverture de négociations lors desquelles gouvernement et direction auraient accepté de discuter du « cadrage » de leur contre-réforme. Dès le départ, nous avons dénoncé la manœuvre pour désamorcer le mouvement. Le résultat est là. Rien n’a changé par rapport au projet initial qui a déclenché la journée de grève historiquement suivie du 18 octobre.

Rien sinon en pire pour les salariés ! Contrairement aux premières annonces, le mécanisme de la décote continuera à s’alourdir après 2014 pour atteindre 5% de pénalité par annuité manquante en 2019. Le décret entérine également précisément le passage progressif à 41 annuités à partir de 2012. Qui peut croire aujourd’hui que le gouvernement va attendre 2012 ou 2019 pour supprimer totalement notre régime de retraite ?

Voilà la confirmation flagrante de ce que nous ne cessons de dénoncer depuis le départ : la casse des régimes « spéciaux » de retraite est le préalable à la nouvelle étape du démantèlement de l’ensemble du système de retraite solidaire par répartition comme le préalable à la mise en concurrence et à la privatisation de notre entreprise de service public.

L’année 2008 sera une année décisive pour la bataille des retraites avec la deuxième étape de la loi Fillon de 2003. Sarkozy a tenté de dissocier les agents des entreprises publics des autres salariés. Son calcul est largement démasqué. Sa popularité, fabriquée par les media, décline à mesure que la réalité des effets de sa politique se fait jour.

Les agents de la RATP vont être amenés dans les prochains jours à donner leur avis sur le résultat des négociations. Ce sera le moyen d’exprimer fortement le rejet du décret et de sortir du piège consistant à négocier l’aménagement de l’inacceptable.

Toutes les raisons qui ont motivé la lutte d’octobre et de novembre pour le retrait du plan Fillon/Bertrand demeurent. Elle doit logiquement s’amplifier contre les décrets du 16 janvier.

Militants communistes à l’entreprise, nous ferons tout pour y contribuer. Nous refusons de nous intégrer dans le consensus droite/PS sur la question capitale des retraites. Nous entendons continuer à agir pour la convergence des luttes sur cette question entre salariés du privé, agents de la fonction publique et agents des entreprises publiques, notamment en s’opposant à tout allongement de la durée de cotisation et en exigeant le retour à 37,5 annuités dans tous les régimes.

Dans la bataille globale qui s’annonce, l’avenir des régimes « spéciaux » reste plus que jamais primordiale. Exigeons l’abrogation des décrets du 16 janvier 2008 et des décrets de décembre 2005 « adossant » le régime de retraite RATP au régime général !

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article