CIRCULATION – TRANSPORTS : la priorité aux transports en commun en défendant le service public nationalisé RATP et SNCF

25 Février 2008 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #PARIS

Municipales Paris. Positions et propositions des communistes du 15ème

CIRCULATION – TRANSPORTS : la priorité aux transports en commun en défendant le service public nationalisé RATP et SNCF


Désengorger la Ville oui ! Mais c’est contradictoire avec l’opération Beaugrenelle.

Nous partageons l’objectif de la municipalité sortante de désengorger la circulation automobile à Paris. C’est une question de respect de l’environnement et de qualité de vie des habitants. Mais pour nous, le développement des transports en commun doit précéder les entraves faites à la voiture et non l’inverse qui pénalise ceux, Parisiens ou banlieusards, qui n’ont pas d’autre choix que d’utiliser la voiture pour aller travailler. 

Dans le 15ème, l’opération immobilière Beaugrenelle va absolument à l’encontre de cet objectif. Le nouveau centre commercial à vocation régionale doit drainer de 12 à 25 millions de visiteurs (35000 à 70000 par jour, dimanche compris) provenant d’une zone de chalandise de 1 millions d’habitants. Ce sont les chiffres mêmes des promoteurs. Les réseaux de transport sont incomparablement moins développés que place d’Italie ou aux Halles où se trouvent des centres comparables. Seule la station Charles Michels, sur une ligne de métro secondaire, déjà congestionnée, si situe réellement à proximité avec trois lignes de bus. L’afflux automobile, à travers tout l’arrondissement, en particulier dans les rues étroites du Front de Seine, est inévitable avec ce projet. Les prévisions rassurantes des promoteurs ne sont pas crédibles et sont contredites par les parkings créés ou affectés au centre. Nous continuons à nous battre pour une réduction significative du projet de centre commercial et exigeons que la Ville, qui en détient toutes les clefs, ouvre un débat avec études contradictoires sur les effets sur la circulation.

Faire mieux pour une véritable amélioration de l’offre de transport en commun

Concernant l’amélioration de l’offre de transports en commun, nous nous félicitons qu’enfin les horaires de la ligne de bus 42 aient été prolongés, une de nos très anciennes revendications. Le tour du 39 doit venir.undefined

Mais les effectifs de la RATP doivent suivre pour garantir une fréquence correspondant aux besoins et à une véritable progression de l’offre, ce qui n’est pas le cas. De même qu’il est inacceptable d’attendre parfois 20 minutes sur le 62, au prétexte qu’il y a maintenant des bus articulés (idem pour le 95 dont les horaires sont plus étendus que l’ancien 48 mais qui sait se fait attendre).

Le tramway T3, investissement de prestige, est un magnifique équipement. Mais il a coûté très cher au contribuable pour une amélioration relative du service rendu. L’augmentation de sa fréquence est là aussi nécessaire. Il est inacceptable que la RATP refuse maintenant l’embauche des quelques machinistes supplémentaires, nécessaires au maintien des conditions de sécurité avec l’augmentation de la vitesse des rames, comme le réclament les agents et leur syndicat. Des moyens supplémentaires doivent aussi être accordés à l’entretien des matériels qui tombent de plus en plus souvent en panne (les effectifs ouvriers du dépôt bus de Croix Nivert ont été divisés par 3 en 20 ans !).

Concernant les Velibs, le succès est indéniable, au-delà de l’effet « gadget », mais le cadeau financier à la firme JC.Decaux est injustifiable (on lui a donné du même coup une option sur la banlieue). Nous demandons leur municipalisation et l’intégration des personnels dans les effectifs de la Ville.

La Ville peut et doit s’engager dans la bataille contre la privatisation de la RATP et de la SNCF

L’amélioration réelle des transports ne peut être basée que sur la réponse aux besoins. Elle est incompatible avec la logique de profit, le processus de mise en concurrence et de privatisation de la RATP et de la SNCF organisées par les gouvernements successifs.

La Ville de Paris a des responsabilités directes pour s’y opposer. Elle dispose en effet, à côté des 50% détenus par la Région, d’un tiers des sièges d’administrateurs au Syndicat des transports d’Ile-de-France, le STIF qui a charge d’aménager les transports régionaux.

Elle ne l’a pas fait. Nous attirons l’attention sur ce point et exigerons de la future municipalité des actes. Le STIF, au contraire, présidé par JP. Huchon, président PS de la région, prépare et aménage la mise en concurrence, par exemple en livrant déjà certaines nouvelles lignes au privé (certains noctiliens) et en cautionnant les dérives vers la recherche de profits financiers.

L’engagement de la Ville de Paris, aux côtés des salariés, serait au contraire décisif contre la privatisation. On n’a vu aucun soutien pendant les dernières grandes grèves.

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article