Municipales : résultats du 1er tour dans le 15ème - information

10 Mars 2008 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #PARIS

Municipales : résultats du 1er tour dans le 15ème - information

 
 

Les résultats du 1er tour des municipales dans le 15ème reflètent globalement la situation nationale dans le contexte d’un arrondissement « bourgeois » qui a accordé 60% à l’UMP aux législatives.

 

Mais ils sont aussi particulièrement marqués par les luttes intestines de la majorité municipale sortante dont les représentants se divisent et se bousculent littéralement dans un des derniers « réduits » de la droite à Paris, qui élit 17 conseillers de Paris.

 

Les 14 conseillers de droite élus en 2001 ont ainsi réussi à soutenir 5 listes différentes cette année : la liste officielle de l’UMP menée par Philippe Goujon, la liste parrainée par le maire sortant Galy-Dejean, conduite par Gérard d’Aboville, la liste « dissidente » de Dominique Baud, la liste Modem d’Elisabeth de Fresquet et même la liste PS d’Anne Hidalgo.

 
 

La sanction de la politique nationale se retrouve dans la progression de l’abstention de 36 à 42% par rapport à 2001 et dans le recul global des listes de droite.

 
 

Comme en 2001, la liste Hidalgo est en tête au 1er tour avec 35,8% (27,4 en 2001), les Verts et divers gauche reculant de 8,1 à 4% (une écologiste indépendante avait fait aussi 3,9%).

 

Les listes Goujon, d’Aboville et Baud obtiennent respectivement 33,9%, 10,1% et 3,4%, la liste Modem, 7,5%. En 2001, Balladur, Galy-Dejean et le représentant de Tibéri obtenaient 26,2%, 20,1% et 7,6%. L’extrême droite recule de 5% à 3%.

 

L’extrême gauche passe de 1,7 à 2,2%.

 
 

Pour le 2ème tour, la question des alliances sera décisive. Nous saurons d’ici demain si les listes de droite fusionnent et si la liste PS fusionne avec celle du Modem, comme Ségolène Royal y invite tous les socialistes et comme Bertrand Delanoë ne l’a pas exclu.

 
 

Les bons résultats du vote communiste dans le reste de la France, aux cantonales et dans les villes où nos camarades n’ont pas figuré sur les listes du PS, soulignent encore la responsabilité prise par la direction du PCF Paris de s’aligner dès le 1er tour sur M. Delanoë, sans même d’accord politique.

 

Le PCF se retrouve impuissant, réduit à servir de caution de gauche au social-libéralisme pratiqué sans complexe par le Maire de Paris sortant. Comme depuis 2001 et comme demain ?

 

Ce ne sera pas notre option, pas plus demain qu’hier. Comme pendant la campagne du 1er tour, nous continuons et continuerons à jouer notre rôle dans les luttes. Concernant le 2nd tour, notre assemblée se réunit ce soir avant le Conseil départemental.

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article