Grand Paris - Paris Métropole: un point de vue communiste de la Courneuve

6 Avril 2008 , Rédigé par Ange DE CASO Publié dans #PARIS

Le Grand Paris : une vraie menace pour les Courneuviens

Par Ange De CASO, réseau communiste PCF « réflexion, action, lutte de classe » de la Courneuve

Le projet d’un agrandissement structurel de la ville/département qu’est Paris est depuis de nombreuses années dans les cartons des divers gouvernements qui se sont succédé. Supprimé en 1964, le département de la Seine (couvrant alors à peu de chose prêt le territoire actuel de Paris et sa petite couronne) avait donné lieu à un nouveau découpage créant les actuels départements limitrophes de Paris.
Pour ce qui est des communes et départements de la petite couronne, l’influence et le rôle joués notamment par les exécutifs à direction communiste, avec les populations, ont permis au fil des ans, dans le cadre de la gestion de ces collectivités, de renforcer les solidarités, et d’ancrer des points de résistances et de luttes face aux attaques incessantes des gouvernements et du patronat.
Aujourd’hui, la norme capitaliste doit balayer toutes ces résistances, et éradiquer toutes velléités de renforcement des luttes. Le résultat des dernières élections municipales et cantonales a montré que la volonté de combattre le capital et son cortège de morgue n’avait pas disparu comme cela avait été annoncé. Des directions communistes, même celles qui n’ont pas osé revendiquer leur nom haut et fort, ont été reconduites par les électeurs qui ont su les reconnaître comme telles parfois malgré elles.
Le « Grand Paris » ou le projet « Paris Métropole » (selon l’étiquette politique UMP ou PS) représente à des degrés divers une remise en cause de la volonté des populations de se doter d’exécutifs au service de leurs besoins, et d’asservir les territoires aux appétits financiers. En effet, ce qui se cache derrière le nez qui s’allonge à force de mentir, c’est en finir avec les résistances sociales, économiques et culturelles des populations. Tous nous vantent l’intérêt du projet : « de grands gestes urbanistiques », « une relance économique », « la création d’un centre d’affaires du type de la Défense au Nord/Est de Paris », « une priorité au logement », un TRAM qui ferait le tour de la banlieue, « une solidarité entre Paris et les Hauts-de-Seine en faveur de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne »…

La vérité c’est : Le « rapport Pommelet » dit qu’il y a 2,5 millions de mètres carrés en Ile-de-France qui appartiennent à des administrations d’Etat ou des entreprises publiques, qui n’en font pas usage, donc des appétits financiers qui vont s’aiguiser pour les promoteurs immobiliers.

Les voilà les « grands gestes urbains », la priorité au logement. En attendant, le nombre de logements sociaux n’est pas suffisant, le montant des loyers dans le neuf est prohibitif. Des sans abris, des exploités par des marchands de sommeil, des favélas aux portes de Paris (entre porte de la Villette et porte d’Aubervilliers), c’est cela la réalité !

Le TRAM autour de Paris : un projet pharaonique. Pour le moment, les rames du RER B sont insuffisantes, les gens y sont considérés comme du bétail, la prolongation du métro jusqu’à la gare RER de la Courneuve a été rejetée. C’est cela la réalité !
La relance économique viserait à empêcher le « départ nos entreprises vers Londres ou les autres grands centres d’affaires étrangers » selon l’UMP. La vérité c’est que l’UMP découvre le capitalisme mondialisé. L’idéologie dont ils sont les tenants prônent le capitalisme à tout crains, et les délocalisations en Asie ou en Europe centrale pour verser davantage de dividendes aux actionnaires. Quant à la création d’un autre centre d’affaires c’est surtout bon pour les affaires des patrons. C’est cela la réalité !
Quant à la supposée solidarité financière entre les départements « riches » et les départements « pauvres » que générerait l’avènement du Grand Paris… A qui va-t-on faire croire que les « riches » vont donner aux « pauvres » sans qu’ils y soient contraints ? C’est cela la réalité !
RELEVONS LE PARI D’UNE VIE MEILLEURE
La population francilienne n’a rien de bon à attendre de cette guéguerre politicienne entre factions PS et UMP, et tout à craindre de la mise en œuvre d’un tel projet dans sa vie au quotidien. Refusons d’être les otages indolents de cette guerre politicienne.
Nous avons tous besoin de plus de logements décents à des loyers réellement modérés, de meilleures conditions de transport plus proches et plus dignes, d’un développement économique au service du développement humain, de gagner une orientation des richesses nationales en faveur des territoires qui en on le plus besoin…

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article