Cela ne peut plus durer ! Cela ne doit plus durer ! tract du dimanche

13 Avril 2008 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #Actualités - Alternative politique

Toutes les semaines, l’annonce de nouveaux sacrifices pour les salariés, retraités et jeunes. Cela ne peut plus durer ! Cela ne doit plus durer !

A ce rythme là, combien de temps tiendrez-vous ? La majorité des ménages ne pourra pas se permettre d’attendre un très hypothétique adoucissement de politique en 2012. C’est toutes les semaines que de nouvelles attaques directes sur notre pouvoir d’achat, notre vie quotidienne, notre travail, notre santé, nos droits sont annoncées par le gouvernement ou le Président de la République. Pas moins de 166 pour cette seule semaine lors de la conférence de presse de Sarkozy sur la « révision générale des politiques publiques » (RGPP) qui prévoit de prendre à l’immense majorité 7 milliards d’euros par an pour compenser la moitié des 15 milliards accordés aux plus riches à l’été 2007 dans le « paquet fiscal »!

Pourtant, les gouvernants viennent d’être désavoués aux élections locales.

Leurs prétextes, déficits fabriqués du budget de l’Etat ou de la sécurité sociale, UE, abusent de moins en moins de monde. D’autant moins devant les milliards empochés par les actionnaires des grandes entreprises : les quarante première de France, celle du CAC, s’apprêtent à en distribuer 31,6 milliards d’euros, en hausse de 23% sur l’an passé !

D’importantes luttes se développent dans des secteurs d’activité très différents. Là se trouve aujourd’hui l’alternative politique, dans la possibilité que la convergence des mouvements sociaux fasse reculer le gouvernement tout de suite. Sans vouer un culte à l’histoire, c’est ce qui s’est passé en 1968.

Les salariés, les retraités, les ménages ne peuvent pas se contenter de patienter et se satisfaire des postures d’opposition du PS et de ses satellites. Ceux-ci viennent de voter le nouveau traité européen derrière Sarkozy et contestent bien peu sur le fond les mesures gouvernementales que leurs partis frères socio-démocrates appliquent dans les autres pays. Requinqués par les derniers résultats électoraux, les militants communistes qui vous distribuent ce tract mettent leur organisation à votre disposition pour construire dans les entreprises et les quartiers les luttes politiques et leurs convergences qui doivent mettre en échec tout de suite le pouvoir sarkozyste.   

Autant de mauvais coups dans la semaine : autant de luttes pour s’y opposer :

1)- Encore une augmentation du gaz ! Toujours NON à la fusion privatisation de GDF avec Suez !

+ 5,5% : la facture des ménages se chauffant au gaz va encore s’alourdir de 80 euros par an. Depuis le début de l’année, l’augmentation atteint 10,5%, davantage encore pour les professionnels. + 50% depuis 2004 ! C’est inacceptable, injustifiable ! La hausse des tarifs est prétextée par la hausse des cours du pétrole mais GDF refuse de donner l’évolution des coûts d’approvisionnement, issus de contrats à long terme, qui ne suivent pas le marché. En revanche, GDF affiche des profits record, 2,5 milliards d’euros pour 2007. Rendez l’argent ! Le gouvernement doit au contraire faire baisser les tarifs. Les hausses n’ont pour but que de garnir le trousseau de la mariée GDF pour mieux la privatiser avec Suez. A l’automne, les agents de GDF (et d’EDF) ont à nouveau fait grève en masse contre la remise en cause de leurs conditions de travail et la privatisation. Un mouvement d’ensemble avec les usagers s’impose. La maîtrise publique des approvisionnements, les impératifs de sécurité, l’égalité devant l’accès à l’énergie nécessitent le maintien et le renforcement du service public nationalisé. Une fusion EDF-GDF, 100% nationalisée est plus que jamais la bonne solution.

De même l’augmentation du fuel domestique et de l’essence pénalise de façon inacceptable les ménages et ceux qui ont besoin de leur voiture pour travailler et pour vivre. Les profits colossaux de Total doivent être mis à contribution et la fiscalité adaptée.

2)- Les prix galopent. Trichet et Sarkozy nous invitent à nous serrer la ceinture ! Augmentez salaires et retraites !

L’inflation dépasse désormais officiellement 3%. La hausse des prix est beaucoup plus sensible pour les produits de première nécessité dont l’alimentation du fait principalement d’une spéculation mondiale. Tous les intermédiaires en profitent. Directeur de la Banque centrale européenne, Jean-Claude Trichet demande que l’on ne rentre pas « dans la spirale inflationniste » en augmentant les salaires. Autrement dit, l’inflation doit être l’occasion de compresser  davantage des salaires (et les retraites) réels dans les pays de l’UE, alors que les profits ne cessent d’augmenter comme la productivité des travailleurs français. Fillon et Sarkozy n’avaient pas besoin de la recommandation de Trichet pour faire le jeu du Medef. Les retraites, revalorisées de 1,1% vont perdre au moins 2% de pouvoir d’achat (pour compenser les déductions de cotisations patronales). Comme les fonctionnaires, attaqués sur tous les plans. Des mouvements se développent dans de nombreuses entreprises notamment privées (commerce, industrie…) pour l’augmentation des salaires. Pour le coup, l’exigence d’un « Grenelle des salaires et des retraites » a un sens, en référence à 68, et à l’augmentation de 10% de tous les salaires et de 30% du SMIC.

3)- L’accès aux soins : toujours plus rare et cher !

NON aux franchises médicales, et aux nouveaux déremboursements de médicaments et de soins envisagés par le gouvernement. De deux choses l’une, soit un médicament est efficace et doit être remboursé, soit il ne l’est pas et on ne comprend pas pourquoi un médecin le prescrirait. Il est inacceptable de demander aux malades de payer, directement de leur poche ou par l’augmentation de leurs cotisations mutualistes. Ou bien de renoncer à se soigner. C’est une remise en cause d’un fondement de notre société solidaire.

L’annonce cette semaine d’une refonte de la carte hospitalière (rapport Larcher) soulève de multiples inquiétudes. Réduction de l’offre de soins, hôpitaux de proximité délaissés, place encore plus grande offerte au privé non conventionné : toujours la même logique! Le Medef veut faire main basse sur les cotisations maladies et finir de transformer la santé en marché lucratif. Les mobilisations dans tout le pays pour le maintien des hôpitaux, des centres de santé conventionnés sont des points d’appui importants pour s’opposer à cette politique.

4)- Eduction nationale : les lycéens et les personnels de l’éducation nationale ont raison !

11200 postes supprimés cette année, 100.000 ou plus d’ici 2012, diminuer les enseignements : c’est scier l’avenir du pays, l’avenir de chaque jeune. Le prétexte des économies budgétaires ne tient pas vu la hauteur du gâchis des cadeaux fiscaux aux plus riches. Là encore, il s’agit de creuser des inégalités, de marchandiser l’éducation, de former une main d’œuvre au rabais pour les besoins immédiats du Medef, mais non pour développer le pays.

Le renoncement à la suppression de la carte famille nombreuse montre que l’on peut faire reculer le gouvernement!

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article

Pascal Djemaa 15/04/2008 13:09

Bonjour, je suis un jeune auteur issu de l'immigration en difficulté. Est-ce que la section locale du PCF peut m'acheter un ouvrage? Merci, Pascal