Développer la campagne internationale de soutien à la démocratie bolivienne !

5 Mai 2008 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #Solidarité internationale

Développer la campagne internationale de soutien à la démocratie bolivienne !

Les forces réactionnaires, directement épaulées les services de l’ambassade des Etats-Unis, ont engagé une vaste entreprise de déstabilisation du régime démocratique bolivien, dirigé par le Président Evo Morales.

Dimanche 4 mai, elles organisaient un référendum, parfaitement illégal et anticonstitutionnel, en vue de justifier une soi-disant « autonomie » de la province de Santa-Cruz qu’elles régissent toujours. Trois autres référendums devraient suivre en juin dans trois autres provinces.

Les classes possédantes entendent ainsi détacher les régions orientales, les plus riches notamment en matières premières et en ressources agricoles, du reste du pays. Les réformes économiques et sociales du gouvernement bolivien ne s’y appliqueraient pas.

Malgré d’intenses pressions politiques et financières, les capitalistes félons et leurs tuteurs étrangers ne devraient pas, au vu des premiers résultats, tout à fait sujets à caution, obtenir une large majorité des votes des électeurs inscrits à Santa-Cruz, les appels au boycott ayant été plutôt bien suivis. Il n’en reste pas moins qu’il s’agit d’une attaque politique majeure menaçant toute la démocratie bolivienne.

La politique de justice sociale, de réappropriation par la nation des richesses du pays, d’émancipation des masses indiennes conduite sous l’impulsion d’Evo Morales, président ouvertement socialiste et anti-capitaliste, est insupportable aux classes possédantes et aux multinationales. L’impérialisme tente aussi ici en Bolivie de contenir l’ensemble de la poussée émancipatrice et révolutionnaire en Amérique Latine, suivant les exemples du Venezuela et de Cuba.

La solidarité des progressistes français s’impose. Un appel international de soutien « Nous dénonçons la conspiration visant à diviser la Bolivie » a été lancé à l’initiative de personnalités, telles Oscar Niemeyer, Rigoberta Menchu ou Noam Chomsky. Relayons-le !

En tournée en Amérique latine jusqu’au 3 mai, Bernard Kouchner n’a pas eu un mot pour condamner les manœuvres sécessionnistes en Bolivie, donnant un gage supplémentaire d’alignement sur les Etats-Unis.

Intervenons pour demander que la diplomatie et le gouvernement de notre pays apportent le soutien de la France à la Bolivie, à son peuple et à son Président !  

 

Lire aussi : Bolivie: "l'épreuve du feu" pour le socialisme et la démocratie

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article