Manifestation du 15 mai : une étape dans le nécessaire renforcement du mouvement lycéen et enseignant

15 Mai 2008 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #Education nationale

Manifestation du 15 mai : une étape dans le nécessaire renforcement du mouvement lycéen et enseignant

Darcos n’est peut-être pas un « bouffon » mais il veut payer les lycéens en monnaie de singe

Après avoir dénigré les enseignants grévistes, qui « râlent » et ne sont pas un « bon modèle » pour la jeunesse, Darcos a récidivé contre les manifestants lycéens qu’il qualifie de « bouffons » dans les colonnes du Figaro-Magazine. La provocation, la tentative d’humiliation de l’adversaire, fait décidément partie de sa méthode.

Comme la poudre aux yeux. Les media, toujours dociles, quoiqu’en dise Sarkozy, relaient abondamment les « résultats » de sa rencontre avec les syndicats lycéens le 9 mai. Ceux-ci auraient obtenu des avancées. Lesquelles ?

Sur les 11200 suppressions de poste en 2009 (90 000 d’ici 2012) : rien !

Quelle signification peut avoir dans ces conditions l’annonce d’un dispositif d’heures de soutien scolaire dans 200 lycées « en difficulté » ? Aucune sinon de répartir la pénurie, de dévaloriser la fonction enseignante (recrutement de 1500 précaires mais à budget constant), de rentrer dans la logique de stigmatisation de certains lycéens.

Sur la remise en cause des diplômes de l’enseignement professionnel : rien !

La généralisation des bacs pro en 3 ans reste programmée. Les garanties verbales sur la pérennité des BEP dans ce cadre nouveau ne rassurent que ceux qui y croient. Seul l’annonce d’une session de rattrapage (pour les bacs) est valable.

Les lycéens, comme les enseignants, ne se contenteront pas de cette monnaie de singe. Loin des « bouffonneries », ils luttent avec un grand sens de la responsabilité pour préserver leur avenir, les conditions de leur formation et de leur réussite, sans hypothéquer le présent. Il y a une conscience de classe de ce mouvement.

Après le 15 mai, viendra le dimanche 18 avec la manifestation nationale à Paris pour l’école (13h00 Opéra, direction République puis Bastille). La bataille doit continuer jusqu’à l’abandon des suppressions de postes.

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article