La défense de l’audiovisuel public: une lutte d’intérêt général

18 Juin 2008 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #France-télévisions - audivisuel

La défense de l’audiovisuel public: une lutte d’intérêt général

 Déclaration de la section du PCF Paris 15ème

Des luttes de haut niveau se développent dans des secteurs très divers contre l’accélération par le gouvernement de la politique de casse sociale au service du Medef. L’addition de ces mouvements depuis l’automne dernier et des batailles contre la déstructuration de l’Université et la remise en cause des régimes spéciaux de retraite jusqu’aux mobilisations des agents du monde de l’éducation, des impôts, des pêcheurs montre la force considérable qui existe pour mettre en échec le gouvernement. La question des convergences de lutte s’impose d’autant plus que chacune de ses luttes, comme les mouvements d’ensemble pour les salaires, les retraites, contre la casse du droit du travail, affronte la cohérence de la politique du pouvoir et porte une question d’intérêt général. C’est leur caractéristique.

La bataille contre le démantèlement de France Télévision et du service public de l’audiovisuel est exemplaire dans ce cadre. Les premières conclusions de la Commission Copé confirment le véritable sabotage. La suppression de la publicité, dont la seule annonce affaiblit déjà les chaînes publiques, ne pourra qu’assécher les ressources du service public et donner le prétexte au gouvernement pour engager en particulier la casse de France 3, de son programme national et son appareil de production. Des centaines d’emplois sont menacés, immédiatement dans la régie publicitaire, mais le danger va encore bien au-delà.

Le « modèle » suivi, c’est celui de la télévision de Berlusconi ou de la marchandisation à la sauce UE. L’information directement sous le contrôle des affairistes, le moins disant culturel, l’appauvrissement culturel et critique à la télévision, mais aussi par ricochets dans tous les autres secteurs notamment le cinéma : voilà l’objectif. Les questions posées ne sont pas moins que celles de l’identité et de la diversité culturelles, celles de l’accès et de la liberté de l’information.

Les téléspectateurs en sont assez conscients. Ils manifestent leur attachement à la télévision publique régionale, déplorent la baisse de qualité des programmes.

Mais le fatalisme est grand et Sarkozy et ses conseillers savent l’utiliser. Ils essaient le tour de force de s’appuyer sur la dégradation du service public pour mieux le remettre en cause. Ils utilisent l’exaspération devant la publicité envahissante pour couper les moyens de France télévision mais veulent autoriser dans le même temps leurs amis de TF1 et M6 à doubler les coupures publicitaires dans les émissions. Dans le même esprit, ils entretiennent l’idée que la télévision publique ne mérite pas de financements publics, entre autres, une hausse de la redevance.

Communistes de Paris 15ème, où se trouve le siège de FTV, nous apportons notre soutien total au mouvement des salariés de l’audiovisuel public. Nous nous battons pour montrer le caractère d’intérêt général, national, de cette bataille aux téléspectateurs/usagers, pour contribuer à créer les conditions des convergences de lutte avec les autres secteurs mobilisés du pays.

Notre tract de mars en lien

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article