France télévisions: la tartufferie de la Commission Copé - communiqué UL CGT 15

26 Juin 2008 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #France-télévisions - audivisuel

 

 

Proposition de la commission Copé sur l’audiovisuel public : une Tartufferie !

 

Au moment où l’intersyndicale de l’audiovisuel public sera reçue par le président de la République, juste avant la remise du rapport de la commission Copé, les salariés des différentes sociétés de l’audiovisuel public déploieront une banderole identique : « Hold-up sur l’audiovisuel public »

France 3 Bordeaux, France 3 Reims, France 3 Amiens, France 3 Strasbourg, France 3 Brive, France 3 Lyon, France 3 Perpignan, France 3 Antibes, , France 3 Lille, Siège de France télévisions, RFO, Radio France (liste non exhaustive) : dans toutes les implantations de l’audiovisuel public, les salariés expriment leur plus grande inquiétude face aux propositions de la commission Copé, véritable plan de casse de l’audiovisuel public.

Cinq mois après l’annonce du 8 janvier, l’inquiétude ne cesse de grandir dans l’audiovisuel public. Les propositions de la commission Copé qui rend son rapport aujourd’hui ne permettent pas de dessiner un modèle économique crédible pour la télévision publique de demain.

Les moyens sont notoirement insuffisants. Il manquera plus de 300 Millions d’euros par an. La ressource publicitaire est retirée, la dépendance vis-à-vis des producteurs privés s’accroit et les schémas de réorganisation font craindre le pire en matière sociale. 140 Millions d’euros d’économies pour financer les développements ne pourront être atteints sans une casse sociale.

Ce sont au final les salariés et les téléspectateurs qui seront victime de cette incroyable opération destinée à renflouer des chaînes privées et des groupes de communications amis des cercles du pouvoir.

Les ressources de compensation sont peu crédibles et ce jour même, l’Elysée revoit l’essentiel de la copie de la commission dans une incroyable cacophonie. Les 300 Millions d’euros par an de taxes sur les fréquences radio électriques sont destinées à assurer le financement des retraites (CNAVTS). L’Elysée avance un nouveau chiffrage de la taxe sur les FAI et les télécommunications que l’Europe (Viviane Reding) a déjà jugée « à contre-logique ».

Pendant ce temps, le groupe est déstabilisé, la crise financière s’aggrave, et il manquera au moins 200 millions d’euros dès la fin de l’année 2008.

En résumé, la copie de la commission Copé est une véritable Tartufferie destinée à sacrifier l’audiovisuel public pour en pomper les ressources et les transférer au privé. Cette méthode ne s’applique évidemment pas au seul secteur audiovisuel mais elle touche là un des fondements de notre démocratie déjà bien imparfaite. La CGT considère que ce doit être l’occasion de marquer une nouvelle étape quantitative de résistance à toutes les politiques qui considèrent l’être humain comme une variable d’ajustement à la réalisation de profits financiers. Toutes les forces de la CGT doivent converger pour mettre en échec ce plan ainsi que ceux tout aussi destructeurs de l’hôpital public, de la CNAM pour soit disant réduire le déficit de la Sécu, et des services publics en général. Ce doit être l’occasion de renouer véritablement le fil d’une unité syndicale basée sur les revendications favorables aux salariés et non sur celles dictées par le patronat. Tout donne à penser que malgré la période de vacances qui approche, les salariés sont disponibles pour cela.

France Télévision, c’est notre télévision publique, nous y tenons !

Paris le 25 juin 2008

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article