Le non de "gauche" à l'opération Beaugrenelle

8 Juillet 2005 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème - tract Publié dans #BEAUGRENELLE

Le NON « de gauche » à l’opération Beaugrenelle

 

Depuis bientôt deux ans, notre section du PCF est engagée dans la bataille contre le projet démesuré des promoteurs Gécina et Apsys de construction d’un nouveau centre commercial à Beaugrenelle quasiment aussi vaste que le Forum des Halles.

 

 

Cette lutte rassemble des riverains, des associations aux appartenances les plus diverses. Les Verts de Paris s’opposent aussi à l’opération.

 

 

Dans cette affaire, nous sommes obligés de dénoncer l’intervention des représentants de la Ville de Paris et la SEMEA 15. Ils ont fait avorter la concertation sur l’avenir du quartier en 2003. Depuis ils se mettent littéralement au service des promoteurs pour répondre à leurs exigences. La Ville a ainsi l’intention de leur céder en pleine propriété les emprises publiques (sur toute la dalle) qu’ils revendiquent.

 

 

Le projet de centre commercial apparaît de plus en plus clairement comme le fer de lance de la « requalification » du secteur en quartier d’affaires international, de commerces de très haut standing. Les prix annoncés des futurs appartements « luxueux » de la Tour Flatotel , rachetée en 2003 par le Groupe Pierre & Vacances avec la bénédiction de la SEMEA 15 s’élèvent à 14000 euros le m2.

 

 

Du jamais atteint dans le 15ème! La Ville de Paris va-t-elle continuer à encourager la dérive spéculative à Beaugrenelle?

 

 

 

Polémique sur Beaugrenelle extrait du Nouvel Obs du 30 juin.

3 questions à Emmanuel Dang Tran, 33 ans, secrétaire du PCF du 15e qui publie « les Paris de Delanoë » (Editions Jean-Claude Gawsewitch).

 

 

 

 

Paris Delanoe EDT JCGComment réagissez-vous à l’annulation de la vente de certaines emprises publiques de Beaugrenelle ? Un coup d’arrêt au centre commercial ? [ les ventes ne sont pas annulées, elles n’ont pas encore eu lieu. Le Préfet de Paris vient de rendre public qu’il les considérait illégales—Note 9/07/2005]

C’est très encourageant. Ça montre que la volonté de l’Hôtel de Ville de faire passer en force ce projet envers et malgré la loi peut être contrée. Nous n’avons cessé de dénoncer ce manquement à l’intérêt général. Maintenant, le projet a du plomb dans l’aile. Il a déjà pris deux ans de retard. Cette annulation donne une chance d’ouvrir le débat sur l’avenir du quartier. Jusqu’à présent, la gestion politique de l’affaire a été caricaturale. Elle ne correspond absolument pas à l’image que M. Delanoë veut donner de son dialogue avec les Parisiens.


 

Violente, votre charge contre le projet Beaugrenelle…
Le centre commercial est démesuré : 48 000 m 2 , 20 à 25 millions de visiteurs par an ! Ce monstre va écraser un quartier résidentiel et socialement mixte. D’autant que sur le plan financier, l’objectif de rentabilité est colossal : plus de 9% par an ! Or la gestion du dossier a été antidémocratique, la concertation quasi inexistante, à l’inverse de ce qui s’est passé aux Halles. Pourtant les projets étaient équivalents : la rénovation d’un quartier des années 70, de puissants investisseurs privés, un budget de 400 millions d’€.

En clair, vous dénoncez les relations entre la Mairie de Paris et les promoteurs privés ?
Depuis le début, Bertrand Delanoë est resté silencieux sur l’affaire, préférant envoyer Anne Hidalgo au charbon car ce projet est inavouable : le privé exige, la Ville cède. Je crois que la municipalité fait un choix contestable d’insérer Paris sur le marché mondialisé de l’immobilier très haut de gamme. Au détriment des Parisiens. 

Recueilli par Eve Roger 

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article