Succès de la journée d’action contre la privatisation de La Poste

25 Septembre 2008 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #La Poste

La bataille pour mettre en échec la privatisation de la Poste se construit sur des bases solides.

 

Mardi 23 septembre, 40% des agents ont fait grève. Au total, plus 80.000 grévistes : une force considérable. La direction et le gouvernement doivent admettre qu’il s’agit du chiffre le plus élevé depuis des années sur un mot d’ordre concernant l’entreprise. La grève a en outre concerné tous les métiers et catégories de personnel et s’est conclue par des manifestations significatives, dont celle de Paris (3000 personnes).

 

Cette journée d’action a également permis de vérifier l’ampleur du soutien de l’opinion publique au service public de la Poste. Les dégâts des privatisations antérieures, du début du processus à la Poste ont marqué les esprits. Entraîner les services financiers, la « banque postale », vers la jungle de la finance internationale apparaît encore plus inconcevable dans le contexte actuel.

De multiples initiatives de pétition, de mobilisations locales, souvent avec des élus, se développent. La défense de la Poste est en train de devenir une grande bataille nationale.

 

La 1ère étape de 23 septembre montre combien le mouvement peut s’étendre. Il se consolide aussi sur le fond. Le gouvernement tente, à son tour, de faire passer la privatisation partielle pour une simple « ouverture du capital », de prétendre que les missions de services publiques pourraient être préservées malgré la privatisation. Ce discours ne convainc pas. La lutte contre les effets de la privatisation est inséparable de la lutte contre l’ensemble du processus de privatisation et de marchandisation des activités postales.

 

Il apparaît de plus en plus clairement que tous ceux qui veulent défendre le service public de La Poste aujourd’hui doivent s’attaquer à la logique de mise en concurrence, aux directives européennes de marchandisation. Même quand ils les ont approuvées hier, comme le PS, sous peine d’être hypocrites et d’être rejetés par ceux qui luttent.

 

La bataille pour La Poste est une lutte d’intérêt général. Elle rejoint toutes les luttes du printemps dans les autres services publics, comme dans le secteur privé, notamment pour les salaires et contre la casse du droit du travail. Elle peut être un des points de convergence pour mettre en échec la politique au service du Medef qui ruine le pays.

 

Nous militerons dans ce sens.

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article