Après l'intervention de Chirac - avant le 4 avril pour l'abrogation du CPE et du CNE

2 Avril 2006 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème - tract Publié dans #Actualités - Alternative politique

Echange sur le marché ce matin. - Un patron: " Vous, vous n'êtes pas employeur, vous ne savez pas ce que c'est d'embaucher. Un jeune doit faire ses preuves". - Une passante: "Si vous avez besoin de deux ans pour voir les compétences d'un jeune, c'est que vous-même, vous êtes complètement incompétent!"

Texte du dernier tract après l'intervention de Chirac vendredi:

Le gouvernement doit céder devant le peuple!  

 

ABROGATION du CPE et du CNE!  

 

Face à la vague de fond des jeunes, des étudiants, des salariés contre la précarité et la casse du code du travail, M. Chirac a répondu vendredi par une entourloupette. 

D’un côté, il promulgue la loi comprenant le CPE, pourtant désavouée par quasiment tout le pays. De l’autre il annonce une autre loi pour en atténuer le contenu scandaleux : la possibilité de licencier les jeunes à tout moment et sans motif. 

Le président et le premier ministre n’en finissent pas de se décrédibiliser. Leur CPE comme leur CNE n’ont pas pour but de créer des emplois mais bien de précariser encore davantage l’ensemble des salariés pour les livrer à l’arbitraire total du patronat. S’ils commencent à le reconnaître implicitement pour le CPE, ils seront obligés de le faire pour le CNE, sa copie conforme pour tous les travailleurs dans les entreprises de moins de 20 salariés.

Le mouvement populaire peut et doit avoir raison de leur entêtement. Rien n’est négociable ! Exigeons l’abrogation sans condition du CPE et du CNE ! Exigeons l’abrogation de toute la loi contenant le CNE qui rétablit également le travail de nuit à 15 ans et l’apprentissage à 14 !

500.000, le 7 février, 1.000.000, le 7 mars, 1.500.000, le 18 mars, 3.000.000, le 28 mars. Des salariés de tous âges, du privé, du public, étudiants, lycéens, chômeurs… ont manifesté dans tout le pays contre le CPE.

Faisons de la nouvelle journée de mobilisation générale, de grèves et de manifestations, ce mardi 4 avril, à l’appel de 12 organisations syndicales, l’exceptionnelle mobilisation qui fera céder le pouvoir !

Mardi 4 avril:  Mobilisation générale, à l’appel de 12 syndicats Retrait pur et simple du CPE et du CNE MANIFESTATION 14H30: REPUBLIQUE

Nous sommes tous concernés par le démantèlement du droit et du statut du travail salarié.

En mettant en échec le CPE et le CNE, nous pouvons mettre un coup d’arrêt tout de suite à la politique voulue par le MEDEF et mise en œuvre par les gouvernements successifs depuis 20 ans. La mobilisation populaire est capitale pour ouvrir une perspective politique dès maintenant, sans attendre 2007 comme pour déjouer les pièges tendus par le pouvoir.

L’entêtement de M. Chirac ne relève pas de l’erreur mais du calcul : dans l’immédiat, le gouvernement est tenté de jouer le pourrissement du mouvement et d’attiser la violence. A moyen terme, Sarkozy, deuxième fer au feu du MEDEF au gouvernement, se tient en retrait et en réserve pour incarner un faux changement, en fait une nouvelle aggravation de cette politique.

A « gauche », les grandes manœuvres ont commencé pour préparer en 2007 une hypothétique nouvelle alternance politicienne. Le PS tente de se refaire une virginité à propos du CPE. Quel crédit lui apporter? Il a lourdement contribué à la casse des droits sociaux entre 1997 et 2002. Il vient de se faire le chantre du OUI à la constitution de l’UE du capital, de la remise en cause des acquis sociaux nationaux (au coude à coude avec Villepin, Sarkozy ou Blair auquel ses « présidentiables » rendent hommage à tour de rôle...). Ses propositions, y compris sur « l’emploi des jeunes » restent fondamentalement inspirées par la même logique.

Battre le CPE et le CNE aujourd’hui, c’est la meilleure façon de construire l’alternative politique pour aujourd’hui, comme pour demain, de bousculer les calculs politiciens pour 2007. C’est dans les luttes que se trouve la voie pour construire l’alternative politique dans la lignée de la victoire du NON le 29 mai.  

 

De vraies solutions pour aller vers le plein emploi:

Combattre la précarité (taxer les contrats précaires, plafonner à 5% le recours aux CDD et à l’intérim, interdire la sous-traitance en cascade, dissuader les « externalisations », rétablir l’autorisation préalable de licenciement, obtenir le droit à la réintégration des salariés licenciés abusivement…).

Revaloriser le travail et le pouvoir d’achat des salaires et des retraites, pour alimenter une croissance saine, basée sur la consommation populaire et la réponse aux besoins (porter le SMIC tout de suite à 1500 euros,en finir avec le scandale des déductions de cotisations sociales patronales…).

Accorder la priorité budgétaire à l’éducation nationale, la formation, la recherche.

Défendre et développer l’appareil productif notamment contre les délocalisations et développer le secteur public.

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article