A la mémoire de Jacques Baudry

20 Octobre 2008 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #Histoire - Notre mémoire

Dernière lettre de Jacques Baudry

Mes pauvres Parents chéris,

On va m'arracher cette vie que vous m'avez donnée et à laquelle je tenais tant.

C'est infiniment dur pour moi et pour vous ! J'ai eu la chance de savoir avant de mourir que vous étiez courageux. Restez-le. surtout ma petite maman, que j'embrasse de tout mon pauvre coeur. Mes pauvres chéris. J'ai accepté le combat, vous le savez. Je serai courageux jusqu'au bout. La guerre sera bientôt finie. Vous serez quand même heureux
dans la paix, un peu grâce à moi. Je veux retourner à Douchy à côté de Pépère et Mémère.

J'aurai voulu encore vivre pour vous aimer beaucoup. Hélas, je ne peux pas. La surprise est amère. J'ai eu les journaux. Nous mourons en pleine victoire. Exécution ce matin à 11 heures. Je penserai à vous. A Nicole. Hélas, nos beaux projet d'avenir ! Qu'elle ne m'oublie pas non plus, ni mes Parents. Mais surtout la vie continue pour elle. Qu'elle profite de sa jeunesse. Papa, Maman, mes chéris, qui m'avez tant aimé. Adieu. Je vous étreins bien fort tous trois. Courage. Vivez. Je vous embrasse le plus tendrement pour la vie. Adieu Papa, Maman.

Adieu  Nicole. Vive la France !

Votre  Jacques


**********************************************************

Emile TORNER,

Ancien déporté-résistant

Buchenwald-Langenstein – KLB 81655

Président de l’ADIRP de Paris

 

 

à : Philippe GOUJON, Député-Maire du 15ème arrondissement de Paris

 

Paris XV, le 20 octobre 2008,

 

 

Monsieur le Maire,

 

       J’ai bien reçu votre invitation à participer ce vendredi 24 octobre 2008 à une commémoration en hommage aux 5 martyrs du lycée Buffon, ces 5 jeunes patriotes du 15ème qui furent assassinés par l’occupant allemand le 8 février 1943 après avoir été condamnés à mort le 15 octobre 1942.

Je vous en remercie.

 

        Ces jours mêmes, des riverains du quartier de la Porte Brancion viennent de m’alerter que le square situé entre les rues Castagnary et Jacques Baudry venait d’être rebaptisé. En tout cas, les plaques métalliques annonçant les heures d’ouvertures du jardin ont été changées et, au lieu de la dénomination « Square Jacques Baudry », on lit maintenant « Square Castagnary ».

 

       Vous n’êtes pas sans savoir que Jacques Baudry était l’aîné des 5 martyrs et paya à 18 ans de sa vie son engagement.


Il s’agit probablement d’une erreur technique de la Ville de Paris.

 

       Cependant, elle doit être corrigée rapidement et je me permets de vous solliciter pour que vous interveniez dans ce sens.

 

        Comptant sur votre diligence à défendre la mémoire de la Résistance,

 

Cordialement,

 

 

Emile TORNER.

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article