Mais où va l’argent de nos LDD, ex-Codevi ? Celui de nos livrets A?

21 Octobre 2008 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #Actualités - Alternative politique

Nous sommes des millions à détenir des Livrets de développement durable, appelés Codévis jusqu’en 2007, distribué par nos banques. Au total, l’ensemble des encours de ce produit d’épargne représentait 60 milliards d’euros en 2007, un total qui a augmenté depuis.

 

Le 7 octobre dernier, en pleine crise financière, le gouvernement a annoncé avec bruit qu’il allait aider les PME, en orientant vers un plan d’aide à leur financement 22 milliards d’euros dont 8 issus de la collecte des LDD.

 

Problème : par définition les Codévis, « comptes pour le développement industriel », ont été spécialement créés en 1983 pour financer les PME. En contrepartie, ils sont défiscalisés. En 2007, leurs transformations en LDD, ajouté le financement d’investissements écologiques à leur fonction.

 

L’effet d’annonce du gouvernement tombe à plat. Ou plutôt, il révèle une situation inquiétante : la destination des fonds des LDD n’est absolument pas contrôlée. Seuls 9% de leur montant sont centralisés à la Caisse des dépôt et consignations et redistribués aux PME de façon certaine. C’est précisément cette partie que Fillon promet de diriger vers les PME, celle qui leur arrive déjà. Il se moque des Français !

 

Et le reste ? Lors de la discussion en juillet du projet de loi sur la « modernisation de l’économie », la ministre Lagarde a estimé, sans étude sérieuse à l’appui, que 52% seulement des fonds des LDD allaient aux PME. Les banques ont donc disposé au minimum de 48%, près de 30 milliards d’euros, sans contrôle pour détourner notre épargne vers des placements divers et peut-être douteux. Sans doute de beaucoup plus.

 

Les PME réellement productives avaient déjà du mal à accéder à des prêts, toujours à des taux d’intérêt de 1,5 à 2% supérieurs aux grandes entreprises, leurs donneurs d’ordre. La pression financière s’accroît sur elles avec la « crise », le scandale de l’utilisation des LDD-CODEVI n’en est que plus grand.

 

Demain, après les dernières décisions du gouvernement, la Caisse des dépôts, la puissance publique ne contrôleront plus rien de l’utilisation des LDD. Quelle entourloupe !

 

Encore pire : à partir de janvier 2009, la menace s’étend aux Livrets A. Le gouvernement et le président viennent déjà de tenter de mettre la main sur 20 milliards d’euros de cette épargne populaire destinée au logement social pour la donner aux banques privées. Ils se sont rétractés. Mais que va-t-il se passer lorsque ces banque, dès 2009, pourront à leur tour distribuer des livrets A, sans obligation d’en transférer la totalité à la Caisse des dépôts ?

 

Comme ce qui se produit pour les LDD, ces banques s’en serviront comme produits d’appel, utiliseront une grande partie des fonds à d’autres fins que les investissements d’intérêt public. Le gouvernement utilise la crise financière pour aggraver certaines de ses causes. Ne laissons pas faire !

 

En résumé :

Nous démentons et dénonçons l’annonce du gouvernement soi-disant en faveur des PME.

Nous exigeons un recensement de tous les LDD et de leur utilisation par les banques privées et un contrôle public par la centralisation de tous les encours à la Caisse des dépôts.

Nous exigeons le maintien de l’exclusivité de la distribution des Livrets A par la Poste et la Caisse d’épargne, leur centralisation à la Caisse des dépôts et leur utilisation exclusive pour le logement social (construction et réhabilitation), grande priorité nationale.

 

Evidemment ces batailles vont de pair avec la lutte contre la privatisation de la Poste et pour le retour du statut public des Caisses d’épargne.

 

L’argent des salariés intéresse les spéculateurs, mais notre épargne intéresse le pays !

 

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article