Non à la loi antipostale autre loi de destruction de la cohésion sociale

4 Décembre 2004 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #La Poste

Contre le chômage et la précarité, NON au plan Borloo! NON à la loi antipostale, autre loi de destruction de la « cohésion sociale »

Le gouvernement accélère le démantèlement des services publics pour livrer à l’appétit des groupes privés et des marchés financiers les activités et les biens publics qui échappent encore à la Loi du Profit capitaliste. Après EDF-GDF, France-Télécom…, le gouvernement prévoit de faire passer en janvier 2005 le projet de loi dit de « régulation des activités postales » qui veut donner une pâture l’activité courrier à la concurrence et transformer les services financiers en « banque postale » fonctionnant comme une banque privée, c'est-à-dire casser un service public essentiel à la vie du plus grand nombre, à la vie économique et sociale du pays.

Le démantèlement des services publics est au centre de la politique de casse sociale. La loi antipostale, c’est:

 

 

65000 suppressions d’emplois stables et bien formés d’ici 2009 dans le cadre du « plan d’évolution des réseaux ».

L’explosion des inégalités: avec la fin de la péréquation tarifaire, de l’accès pour tous au mêmes services, la hausse des tarifs, l’instauration de la logique lucrative, l’abandon des principes du service public.

La désertification de régions entières: 6000 bureaux de plein exercice devraient fermer en 3 ans, comme l’a annoncé le PDG Bailly.  Frappées, les zones rurales mais aussi les villes et les banlieues où les queues au guichet vont s’allonger.

Extension de l’exclusion bancaire: La « banque postale » adopterait les règles du privé de sélection des « clients » selon leur « produit bancaire par tête » Premières victimes: les ménages aux ressources les plus modestes, les personnes en interdit bancaire qui n’ont que leur livret A comme compte, les personnes âgées qui ont actuellement accès, sans discrimination grâce à la Poste , aux services financiers indispensables à la vie de tous les jours.

Détournement de l’argent du logement social: Une fonction d’origine des services financiers de La Poste est de favoriser et de garantir l’épargne populaire et de la mobiliser pour le financement des priorités nationales sur le long terme: logement, équipements publics, hôpitaux… Demain, la « banque postale »  va privilégier les placements spéculatifs à court terme sur les marchés financiers. La collecte du Livret A pour le logement social serait rapidement marginalisée. De même les encours des CCP, 30 milliards d’euros, seraient définitivement dirigés vers la Bourse.

La mobilisation grandit dans tout le pays: Exigeons le retrait de la loi antipostale!

6000 conseils municipaux prennent position contre les fermetures de bureaux de poste 

 

80% des postiers votent aux dernières élections professionnelles pour les organisations syndicales qui condamnent le projet de loi de (dé-)régulation postale.

Dans des dizaines de villes, les usagers font signer des pétitions pour le maintien du service public de La Poste

A Paris, des milliers de pétitions sont signées par les postiers et la population (au dos)

Le NON à l’application par la France des directives européennes, illégitimes, adoptées par-dessus la tête des peuples (par les gouvernements successifs y compris celui de la « gauche » plurielle) et contraires à leur intérêt, monte dans le pays avec le mouvement qui progresse pour le NON  au projet de « constitution européenne ».

 

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article