Gaza: article actualisé. ARRÊTONS L’AGRESSION CRIMINELLE DE L’ETAT ISRAELIEN !

8 Janvier 2009 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #Solidarité internationale

ARRÊTONS L’AGRESSION CRIMINELLE DE L’ETAT ISRAELIEN ! POUR UN CESSEZ-LE-FEU IMMEDIAT A GAZA !

 

APRES LA FORTE MOBILISATION DU 10 JANVIER 


Le gouvernement israélien persiste dans le choix de la terreur, de l’horreur et de la haine.

Après 18 mois de siège inhumain de la Bande de Gaza et de ses 1.500.000 habitants, après 256 tués dans les six derniers mois suite aux frappes « sélectives », l’agression aérienne et terrestre engagée le 27 décembre a déjà fait plus de 700 morts palestiniens, des milliers de blessés, détruits des infrastructures vitales.

Le gouvernement d’Israël persiste dans sa stratégie qui consiste à confiner les Palestiniens dans une réserve, comme les réserves d’Indiens, dans le sous-développement le plus total, juste à la limite de la survie. Aux barbelés et au Mur de la Honte, l’armée israélienne ajoute périodiquement mort et destructions, dont d’ailleurs on demande à la solidarité internationale de payer les frais.

Politiquement, le Hamas qu’ils prétendent combattre, et qui a su multiplier les propositions de conciliation, sort systématiquement renforcé.

Les dirigeants israéliens n’ont pas choisi le moment de leur attaque par hasard. La guerre rentre dans la préparation de leur campagne électorale. Elle vise notamment à faire oublier au peuple que leur politique ultra-capitaliste laisse 40% des israéliens en dessous du seuil de pauvreté. La nouvelle expédition punitive, de plus grande ampleur que les précédentes, se devait de ne pas gêner le renouvellement d’image de l’impérialisme américain, soutien permanent et décisif de l’Etat sioniste. Obama, même s’il a donné pendant la campagne électorale tous les signes de son appui inconditionnel aux dirigeants israéliens, ne doit pas être mouillé dans leurs nouveaux crimes. Il est muet et le sera d’ici son avènement le 20 janvier. 10 jours encore…

Pour le peuple palestinien d’abord, pour le peuple israélien ensuite, pour la paix dans le monde également, l’opinion publique internationale a le devoir de se mobiliser. Elle l’a fait ces derniers jours de façon marquante.

Malgré les media dominants qui présentent la situation d’une façon insupportablement partiale, malgré le blocus israélien de l’information et de l’accès à Gaza aux journalistes, plus de 300.000 personnes ont manifesté dans notre pays ce 10 janvier, trois fois plus que le 3 janvier.

Sarkozy, en rupture avec le ton de Chirac, n’a cessé de manifester sa complaisance et son soutien aux autorités israéliennes depuis son avènement, dans le cadre d’un alignement total sur la politique des Etats-Unis. Il vient de valider le renforcement du partenariat économique entre l’UE et Israël. Il a légitimé le début de l’agression de décembre.

Ses gesticulations détournent maintenant les responsabilités de la guerre. Le problème, la tragédie, c’est la politique criminelle d’Israël et rien d’autre. Ce n’est pas un conflit : c’est une agression permanente.

La France a un tout autre rôle à jouer pour œuvrer pour la paix :

Elle doit exiger d’Israël l’arrêt immédiat de l’agression israélienne et utiliser tous les moyens pour faire pression dans ce sens. L’Etat israélien bafoue systématiquement le droit international, les résolutions de l’ONU, commet crimes de guerre sur crime de guerre. Il doit être mis fin à son impunité !

Le gouvernement de la France peut et doit montrer l’exemple, prendre des sanctions commerciales et diplomatiques à l’encontre d’Israël, à commencer par l’interruption des exportations et des importations d’armes.

Le gouvernement français peut et doit se sortir de l’accord d’association de l’UE avec cet Etat.

Le gouvernement français peut et doit exiger l’application de toutes les résolutions de l’ONU.

Il peut et doit exiger la fin du blocus de Gaza et la destruction du mur d’annexion en Cisjordanie.

La France peut et doit œuvrer pour la convocation d’une conférence internationale, sous l’égide des Nations unies afin de définir un règlement d’ensemble, pour en finir avec l’occupation et la colonisation, pour l’édification d’un Etat palestinien indépendant à côté de l’Etat d’Israël, dans les frontières de 1967, avec Jérusalem-Est comme capitale et la reconnaissance du droit au retour des réfugiés (dont l’application exigera une négociation spécifique).

Mais en premier, il faut faire cesser l’horreur !

Communistes français, nous vous appelons à participer encore plus nombreux, ces tout prochains jours, aux initiatives de mobilisation du Collectif national pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens dont fait partie le PCF.

 

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article