Syndicats avant le 29 janvier - retour sur les prud'homales

14 Janvier 2009 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #Actualités - Alternative politique

Retour sur les élections prud’homales : l'expérience du 15ème

 

L’appel unitaire à la journée nationale interprofessionnelle d’action du 29 janvier constitue en soi un événement. Il répond à une aspiration profonde des salariés à la convergence des luttes face au Medef et à la politique de contre-réformes de Sarkozy à son service.

 

Les résultats des élections prud’homales du 4 décembre dernier ont vraisemblablement contribué à cette initiative unitaire, sur une base combative. Ils ont été en effet marqués par une progression de la CGT et un recul des syndicats réformistes.

 

Les résultats dans le 15ème arrondissement et les expériences rapportées par nos camarades syndicalistes confirment cette évolution.

 

Au plan national, tous collèges confondus, la CGT gagne 1,8%, à 34%. Elle creuse l’écart avec la CFDT, 21,8% (-3,4%) et FO, 15,8% (-2,5%).

 

Dans le 15ème, la CGT passe à 33,1% (+3,5%), la CFDT recule à 20,8% (- 3,8%), FO à 10,9% (-2,3%), devancée par une CFTC à 12,4% et talonné par une CGC à 10,1%.

 

Le progrès de la CGT est quasiment général :

Dans le collège ouvrier, malgré la disparition de l’Imprimerie nationale (400 syndiqués CGT) depuis 2002, la CGT atteint 54,5% (+7%), dans le collège commerce 39,8% (+3,2%), dans le collège agriculture 20,1% (-12%, suite à l’arrivée du siège d’une coopérative agricole où la CFDT est dominante), dans le collège activités diverses 33,2% (+1,4%), dans le collège encadrement 20,8% (+3,6%).

 

L’action des militants dans leurs syndicats, leurs sections, avec l’Union locale a été déterminante dans ces résultats.

 

Dans le 15ème, la plupart des votes ont été gagnés entreprise par entreprise. Les résultats bureau par bureau en témoignent. Ils traduisent la reconnaissance de l’action des syndicats CGT dans les luttes ces derniers mois: pour la défense de l’audiovisuel public, pour La Poste, pour la Sécurité sociale, pour l’emploi…

 

La présence de militants CGT a également permis de contrecarrer les conditions très défavorables du vote qui sont largement responsables du niveau record d’abstention, 74,5% nationalement. La plus grande confusion a régné dans la localisation des bureaux de vote, les modalités du vote par correspondance. Le vote électronique n’a montré aucune fiabilité. Surtout, l’éloignement des bureaux des lieux de travail était de nature peu incitative et permettait des pressions patronales.

 

Le progrès national de la CGT doit être interprété comme l’expression renforcée du besoin d’un syndicalisme de lutte et de contestation, tel que les militants le font vivre, tel que cette confédération en porte historiquement l’image. Le recul de la CFDT et de FO au contraire marque un désaveu du syndicalisme de négociation et de compromis, d'un synidcalisme électoraliste et délégataire.

 

Voilà qui ne peut que faire réfléchir au sein de la CGT sur les transformations impulsées par la direction confédérale depuis plusieurs congrès.

 

Voilà qui dans l’immédiat créé les conditions d’un grand succès de la mobilisation unitaire du 29 janvier et de ses lendemains.

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article