Effacement du PCF d'ici 2007 - Nous n'acceptons pas

12 Mai 2006 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #Actualités du PCF

Effacement du PCF d’ici 2007,

Nous n’acceptons pas !

Communiqué de la la section du PCF Paris 15ème , vendredi 12 mai 2006

Nous avons appris hier, 11 mai, à la lecture du bulletin Infohebdo n°58 que la direction de notre Parti a décidé unilatéralement de se rallier à un appel émanant de divers individus et groupuscules intitulé « Pour un rassemblement antilibéral de gauche et des candidatures communes ». Nous faisons part de notre surprise et de notre réprobation devant le mépris des communistes dont témoigne cette prise de position. Il est inadmissible que la signature de texte de portée stratégique ait été opérée subrepticement à l’insu même des membres du Conseil national du PCF. La décision a même été prise sans réunion par un vote « volant » ( ? volé ?) de certains membres du Comité exécutif national, instance pourtant non décisionnelle.

Que cache cette tentative de coup de force dans la préparation des échéances de 2007 ? Au 33ème congrès du Parti, fin mars, la direction a réussi à imposer une position d’attente et d’indécision sur la question d’une candidature communiste aux présidentielles, reportant la consultation des communistes à octobre. Comme beaucoup de camarades dont nous-mêmes l’avions compris, cette confusion volontaire n’avait pour but que de permettre à la direction d’imposer entre temps, sans débat, un choix d’effacement du PCF et de ses positions dans un nébuleux courant de « gauche pseudo-radicale », surtout non communiste.

Le coup de force est complet puisque le même bulletin annonce la constitution de « collectifs locaux » et d’un « collectif national », sans doute d’ici le samedi 13 mai et la réunion des soi-disant collectifs autoproclamés « du 29 mai ».

Dans la suite de nos positions exprimées au 33ème congrès, notamment dans le texte alternatif « Remettons le PCF sur les rails de la lutte des classes », nous nous opposons non seulement sur la forme mais sur le fond à ce choix.

La manipulation grossière sur la forme traduit la défiance que la direction a des communistes. Elle sait pertinemment qu’ils ne partagent pas cette orientation d’effacement et même de démolition de notre parti.

L’amalgame proposé, en fait de « rassemblement », est une aberration pour le PCF. Ces personnalités et groupuscules ne représentent, en terme de forces organisées, à peu près qu’eux-mêmes. En revanche, leur orientation politique de fond est connue. En fait de « radicalité », ces personnalités de la gauche BCBG multiplient les gages en direction de la gauche caviar, du PS et de l’alternance. Les refondateurs, issus des rangs du PCF, proclament depuis des années leur volonté de liquider le Parti. Ils se prononcent tous pour une intégration accrue dans l’Union européenne.

Nous condamnons ce coup de force de la direction de notre Parti qui veut poursuivre coûte que coûte le processus de « Mutation-démolition » du PCF, malgré les communistes, malgré le mouvement populaire.

A l’opposé, nous nous prononçons pour des candidatures communistes en 2007 aux présidentielles comme dans chaque circonscription aux législatives, sur un contenu communiste, totalement indépendantes de la stratégie d’alternance des forces de l’ex-gauche plurielle, mais pleinement en phase avec ceux qui luttent et leurs aspirations de plus en plus nettement anticapitalistes.

Un an après le vote de classe du 29 mai 2005, dans la continuité des luttes contre la précarité, contre les privatisations, contre la casse de la sécurité sociale, pour le pouvoir d’achat,… de la lutte des classes qui est notre raison d’être, nous sommes profondément convaincus de la nécessité d’affirmer l’identité du PCF dans les élections comme dans les luttes pour mettre en échec tout de suite la politique au service du capital, parce que c’est la force politique de classe et de masse dont les travailleurs, le mouvement populaire ont besoin.

Dans l’immédiat, devant le déni de démocratie que veut imposer la direction du Parti, nous invitons chaque camarade, chaque cellule, chaque section, à intervenir directement auprès des membres du Conseil national et de Marie-George Buffet.

(Téléphone du CN : 01 40 40 12 12 , fax du bureau de Marie-George :  01 40 40 11 91) 

 

Pour le secrétariat de la section du PCF Paris 15,

Albert BARRE, secrétaire aux entreprises, Emmanuel DANG TRAN, secrétaire, membre du Conseil national du PCF. Pour la direction du collectif PCF-RATP-Bus Stéphane AURIOL, membre du Conseil national du PCF 

 Contact : 06 76 54 66 62 ou 06 10 85 25 10 

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article