La Poste plus que jamais au cœur de l’alternative politique

3 Février 2009 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #La Poste

En pièce jointe, veuillez trouver la version, actualisée après le 29 janvier, de notre tract pour la défense du service public de La Poste.

Tract Poste

 

L’avenir de La Poste se confirme être au centre de la bataille politique.

La mobilisation des postiers a atteint 40% de grévistes, un bon niveau, comparable à celui du 23 novembre.

La grande sensibilité du pouvoir à la question s’est vérifiée. Dans Le Parisien daté du 2 février, on apprend que le projet de loi de privatisation, c'est-à-dire de changement de statut et de transposition de la directive de mise en concurrence totale du courrier, serait déposé seulement après les européennes.  

Sur les opérations capitalistiques, la participation au renflouement de Dexia, sur l’argent des dépôts des CCP, n’est pas du tout démenti. Pour atténuer l’effet de l’annonce, la question est reportée au Conseil d’administration (de La Poste) de fin février.

Enfin, Fillon nous a confirmé hier que le plan de « relance » du gouvernement comprenait 600 millions pour « rénover » 700 bureaux de Poste. Plus précisément, pour, aux frais des contribuables et des usagers, transformer les bureaux de poste multiservice en agences bancaires dans la perspective de privatisation. Merci !

 

Au sujet de la défense des réseaux de service public, la victoire des usagers de la SNCF du Lot, qui ont gagné le rétablissement des arrêts de Gourdon et de Souillac, au bout de 18 mois de manifestations hebdomadaires, est un grand encouragement pour tous ceux qui se battent pour la présence postale.  

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article

jojo53 04/02/2009 15:25

si vous connaissez des patrons voyous..."





UE : les employeurs de travailleurs clandestins encourent une peine de prison




 








17:11
|
04/ 02/ 2009















 
BRUXELLES, 4 février - RIA Novosti. Le Parlement européen a approuvé mercredi une directive de l'UE prévoyant des amendes et une peine de prison pour les entrepreneurs employant des travailleurs clandestins, a confié à RIA Novosti un porte-parole de l'Europarlement.
Selon lui, le texte adopté à Strasbourg vise également à combattre l'immigration clandestine. Dans le même temps, il défend les droits des étrangers en situation irrégulière dans les pays membres de l'UE s'ils font l'objet d'exploitation, y compris par des structures criminelles.
D'après la Commission européenne, huit millions de personnes exercent actuellement des activités professionnelles dans l'Union européenne sans autorisation de travail.
La nouvelle directive doit également être approuvée par le Conseil de l'UE. "