Menaces réelles contre la laïcité en France

31 Mars 2005 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #"Europe": NON à l'UE du capital

Menaces réelles sur la Laïcité en France


En France, cent ans après la loi de séparation de l’église et de l’Etat, les croyances religieuses et les églises n’interfèrent pas dans la vie publique et restent strictement dans la sphère privée. C’est l’acquis du principe de laïcité. Les religions représentent une autorité morale pour leurs adeptes et pour ceux qui les reconnaissent, pas pour l’Etat. La « constitution » européenne qui primerait sur le droit français nie totalement ce principe de laïcité et met en péril son avenir en France.


Illustrations:


1– Le mot laïcité est absent de tout le texte.


2– A l’article II-70, on lit: « Toute personne a droit à la liberté de pensée de conscience et de religion. Ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction, ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction individuellement ou collectivement en public ou en privé par le culte, l’enseignement, les pratiques et l’accomplissement des rites ». « En public et en privé »? Pourquoi avoir fait voter une loi sur le « port du voile » à l’école pour donner ensuite un fondement législatif à l’expression de l’appartenance religieuse sur les lieux publics? C’est la porte ouverte au prosélytisme, à l’embrigadement, au communautarisme.


3– L’article I-52 stipule: « Reconnaissant leur identité et leur contribution spécifique, l’Union maintient un dialogue ouvert, transparent et régulier avec les églises... ». Cette disposition en rupture totale avec le principe de la République française, offre aux réligions un fondement juridique qui leur permettrait de faire pression sur la République et de s’inviter, au nom de croyances particulières, dans les affaires relevant du bien commun et de l’intérêt général.  

 

4– La laïcité de l’Etat est quasiment une exception française. Demain, avec la primauté accordée aux décisions de l’UE et le système de prise de décision dit à la majorité qualifiée (55% des Etats représentant 65% de la population de l’UE), la France perdrait sa possibilité juridique de s’opposer à tous les règlements européens à venir qui bafoueraient notre principe de laïcité.


Pour préserver la Laïcité en France et lutter contre le communautarisme, il faut voter NON! 

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article