Solidaires des personnels des crèches de la Ville de Paris

21 Juin 2006 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #15ème

Solidaires des personnels des crèches de la Ville de Paris.  

Les personnels des établissements de la petite enfance de la Ville de Paris poursuivent leur action déterminée pour obtenir les effectifs nécessaires pour répondre dans l’urgence à leur mission. Ils occupent aujourd’hui le parvis de l’Hôtel de Ville de 9h00 à 17h00 à l’occasion des « entretiens de l’Observatoire de l’enfance », à l’appel de quatre organisations syndicales. 

Les communistes du 15ème arrondissement soutiennent le mouvement des agents. Nous faisons part de notre stupéfaction devant la surdité manifestée jusqu’à présent par les responsables de la municipalité de Paris. Cherchent-ils à cacher et à nier que les moyens correspondants ne sont pas en rapport avec l’extension affichée de l’offre d’accueil, avec des effets d’annonce?

Les 1344 créations de postes demandées par les agents résultent d’une évaluation précise et sérieuse pour répondre à l’urgence. C’est la base minimale que doit reprendre la municipalité pour répondre à ses engagements. Les moyens existent. C’est une question de choix.

Nous relayons l’action des agents dans notre arrondissement. 

Vous trouverez aussi ci-dessous le vœu que défendra Camille Marques, conseillère du 14ème lors de la réunion du conseil d’arrondissement du 26 juin.

Proposition de vœu déposé par Camille Marques, conseillère PCF, pour que le Conseil d’arrondissement du 14ème apporte son soutien au mouvement de grèves et aux revendications des personnels des crèches de la Ville de Paris 

 

« La municipalité de Paris a fait depuis son installation de la prise en charge de la petite enfance sa priorité. Nous avons eu à nous féliciter, notamment dans le 14ème, de l’ouverture de places de crèches tout en regrettant que soient privilégiées des structures non municipales. Des extensions d’horaires ont également été organisées. Depuis plusieurs mois, les agents, majoritairement des femmes, des crèches municipales, sont en mouvement pour réclamer l’amélioration des conditions d’accueil des enfants et des moyens supplémentaires pour le service public de la petite enfance. La force et la détermination de ce mouvement social, démarré le 8 mars, marqué par une grève entamée le 9 mai, momentanément suspendue, indiquent par elles-mêmes la profondeur du malaise existant. Au plan parisien, la création au minimum de 1344 emplois qualifiés de puériculteurs/trices, d‘auxiliaires de puériculture, d’éductaueur/trices de jeunes enfants, d’infirmières, de psychologues, d’agents d’entretien, soit l’équivalent de 3 postes par établissement est jugée indispensable immédiatement. En attendant, la situation est jugée à la limite de la normale par les professionnelles et par les parents, largement solidaires. La municipalité est pour l’instant restée sourde à ces revendications, se bornant à proposer l’accroissement du volant de remplaçant(e)s, maintenant à organiser des « études » au cas par cas, jugées dilatoires. Régulièrement alertés par les professionnelles et habitants de notre arrondissement, nous ne pouvons nous satisfaire de cette situation de blocage. Aussi nous formulons le vœu que le Maire de Paris prenne des engagements précis sur le nombre de créations de postes, profession par profession, pour la rentrée prochaine, le nombre 1344 constituant une base minimale pour le prochain projet de budget primitif. »

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article