36 places d’hébergement d’urgence supprimées en 2005 rue Duranton, 60 casiers de consigne pour SDF inaugurés en 2010, rue de Javel : le compte n’y est pas !

6 Octobre 2010 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #15ème

36 places d’hébergement d’urgence supprimées en 2005 rue Duranton, 60 casiers de consigne pour SDF inaugurés en 2010, rue de Javel : le compte n’y est pas !

 

Le 6 octobre 2006 a été inaugurée une « consigne pour SDF » à l’angle de la rue de Javel et de la rue Lecourbe. Un curé et une élue, Mme Hidalgo, ont assisté au baptême de cette œuvre charitable.

60 casiers seront mis à la disposition de personnes sans domicile fixe pour qu’elles puissent entreposer un peu d’affaires quelque temps. Trois heures par jour, des bénévoles assureront un accueil.

Loin de nous l’idée de nier le dépannage que cela peut représenter. Mais comment accepter que la question des sans-logis à Paris ne puisse trouver que des solutions aussi dérisoires, notamment du côté des responsables politiques.

 

A deux pas de là, 22 rue Duranton, un centre d’hébergement d’urgence accueillait jusqu’à 36 personnes dans des conditions d’encadrement propices à une réinsertion sociale. En 2005, la tutelle, la DDASS, décrète que le centre n’est pas aux normes en termes de superficie et le fait fermer. Malgré l’action d’associations, de syndicats, de riverains et celle de notre parti, le centre est fermé. Le gérant, l’Armée du Salut n’a pas insisté. La municipalité de Paris (la Ville est propriétaire) a laissé faire en promettant la reconstruction rapide d’une nouvelle structure adaptée.  

5 ans après, fin 2010, le projet n’a débouché qu’à la destruction du bâtiment.

 

Plutôt que d’inaugurer des casiers pour SDF, il serait temps d’accélérer la reconstruction du Centre Duranton.

 

Pour nous, la bataille en faveur des sans-logis est indissociable de l’ensemble de la bataille pour le logement, pour le logement social et contre la spéculation qui sévit à nouveau de plus belle à Paris malgré la « crise ».

La politique du gouvernement aggrave délibérément la situation. Cette année encore, il opère de nouvelles coupes claires dans le budget du logement, il ponctionne indûment les offices HLM de 340 millions d’euros par an, il permet aux banques de détourner l’argent du Livret A.

Nous y reviendrons comme sur les choix de la Ville de Paris qui encouragent les opérations immobilières spéculatives (Beaugrenelle, Samaritaine, Porte de Versailles…).

 

Au Japon, des SDF dorment dans des tiroirs.

Des tiroirs, des casiers : est-ce ce qui attend les personnes de bonne foi que des bailleurs vont réussir à expulser avant la trêve hivernale ?

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article