Conseil national du PCF - 11 juillet - Intervention de E DANG TRAN

25 Août 2006 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #Actualités du PCF

Conseil national du PCF – 11 juillet 2006

 

Intervention d’Emmanuel DANG TRAN, fédération de Paris (résumé)

(Le résumé extrêmement sommaire, publié dans le supplément « Communiste » n° 230 de l’Huma comporte une erreur. A la place de « même si MG. Buffet devait être (finalement) candidate), il est écrit « devrait être », ce qui laisse une ambiguïté de sens totalement absente de l’intervention prononcée…).

« Il est incroyable d’entendre que ce que représente le PCF serait un handicap. Au contraire, c’est un atout unique pour le rassemblement et la rupture avec la politique au service du capital. La marche forcée pour effacer durablement le Parti à l’occasion des élections de 2007 est un contresens total, même si finalement MG Buffet devait être candidate « commune ». Les « collectifs » constitués avec des groupuscules d’initiés sont une caricature de politique politicienne. On veut réduire les communistes aux rôles de petites mains d’une stratégie et de candidatures qui leur échappent. Le contenu proclamé « antilibéral » est des plus vagues. Le NON de classe à l’UE du capital est évacué. En aucun cas, il ne s’est exprimé pour « un autre traité constitutionnel » comme vient de le réclamer le PGE. Par ailleurs, l’annonce dès à présent du désistement automatique sans condition pour le candidat du PS nous déconsidère. Battre la droite ne suffit pas. Ceux qui se sont engagés pour le oui ne mèneront pas une politique de rupture, même s’ils se disent de « gauche » et réfutent l’étiquette de « socio-libéraux ». Cette stratégie conduit notre parti à l’échec. Plus que jamais, notre démarche devrait prioritairement, y compris dans la perspective de 2007, être fondée sur notre engagement à l’impulsion des luttes. Une bataille capitale, porteuse de larges possibilités de convergences, s’impose d’urgence : la mise en échec de la privatisation de GDF. Dans la suite du NON majoritaire, mettons en échec les directives, codécidées par le PS, de marchandisation totale, du gaz, mais aussi de l’électricité au 1er juillet 2007. Avançons la renationalisation totale de GDF et d’EDF, mais aussi des activités énergétiques de Suez en France, pourquoi pas de Total. Ne soyons pas en dessous de nos amis boliviens et vénézuéliens. »

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article