Conférence nationale du PCF - intervention de Claude Fainzang

24 Octobre 2006 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #Actualités du PCF

Conseil National des 21 et 22 Octobre 2006  

Intervention de Claude FAINZANG, fédération de Paris 

Le NON au référendum et la lutte victorieuse contre le CPE ont montré que le PCF pouvait retrouver un rôle décisif dans le monde du travail. Sa raison d’être, c’est représenter et organiser dans la lutte anticapitaliste, contre l’idéologie dominante, les catégories sociales qui ont objectivement le plus intérêt à renverser l’ordre capitaliste. C’est ce que pourraient porter des candidatures communistes en 2007. Avec la résolution proposée par la direction, on tourne le dos à ce rôle que pourrait jouer le Parti. Ce texte met l’avenir du Parti en danger. La direction poursuit sa stratégie d’effacement du Parti, de son organisation, de ses positions révolutionnaires, pour le liquider par fusion avec des collectifs soi-disant « antilibéraux », clubs de groupuscules et de personnalités, parfois anticommunistes, pas toujours anticapitalistes, pas populaires. Le PCF, parti révolutionnaire, ne peut fusionner avec des forces antilibérales. Je demande que, sur le bulletin de vote, les communistes puissent se prononcer sur des candidatures communistes avec des propositions communistes. C’est l’avenir du Parti qui est en jeu. Ce dont le pays a besoin, c’est d’un parti dont l’indépendance de pensée soit entièrement mise au service des travailleurs et de la lutte de classes. Les 21000 signatures obtenues par le Parti dans tout le pays contre la privatisation de GDF, c’est la honte pour un parti communiste ! Cela montre bien l’impasse de la stratégie suivie où on ne parle au Conseil National que des collectifs politiciens et électoralistes, et pas de construire le rapport de forces dans les luttes. 

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article