Logement : Ne les laissons plus faire de l’argent sur notre vie !

26 Octobre 2006 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #Droit au LOGEMENT

Ils ont osé ! Une femme de 76 ans, diabétique, sauvagement expulsée de son logement ce matin 253 rue Lecourbe.  

Ne les laissons plus faire de l’argent sur notre vie !  

Madame Solange Court, 76 ans, voulait continuer à vivre tranquillement dans son petit appartement du 253 rue Lecourbe. Un marchand de biens, avide de profits, en a voulu autrement. Depuis qu’il a racheté l’immeuble en 1996, il procède à la revente des appartements un par un, « à la découpe », empochant de substantielles plus-values. Madame Court, toujours en règle de ses loyers, ne pouvait pas acheter. Le spéculateur a entamé une procédure d’expulsion, obtenu un jugement. Ce matin, huissier et police sont intervenus sur place. Malgré l’opposition résolue de ses voisines, ils n’ont laissé qu’une chaise à la vieille dame, diabétique, pour pleurer dans le couloir du 4ème étage. Mme Court a dû être transportée à l’HEGP à la suite du traumatisme de l’expulsion. Cette inhumanité est intolérable. Des milliers d’autres personnes sont menacées directement d’expulsion dans les prochains jours avant la trêve hivernale qui commence le 1er novembre. L’expulsion, c’est le cas extrême de la crise sociale du logement que nous subissons presque tous avec la pénurie des logements, la flambée spéculative de l’immobilier, des loyers, des remboursements d’emprunts. 8,5 millions de personnes sont officiellement mal-logées, 1,4 million en attente d’un logement social. Cette situation ne résulte pas de la fatalité mais de choix politiques. Nous pouvons nous y opposer.Dans l’immédiat, mobilisons-nous pour Mme Court. Une solution d’urgence et une solution définitive doivent être trouvées. Appelons la Mairie du 15ème et la Mairie de Paris, déjà contactées, à trouver un hébergent d’urgence puis le plus tôt possible, un appartement définitif dans son arrondissement, digne, adapté à sa situation de femme âgée, diabétique mais autonome. D’autres expulsions sont à redouter dans l’immeuble d’ici la fin du mois. Partout ailleurs, où nous sommes au courant d’expulsions possibles (après épuisement de tous les recours juridiques), soyons vigilants et mobilisés pour s’y opposer en nombre, familles, amis, voisins au cas par cas. Signons la pétition de l’amicale de locataires du 253 rue Lecourbe contre les expulsions et en soutien à Mme Court ! 

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article