Les significations du vote interne

14 Novembre 2006 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #Actualités du PCF

Le vote interne des 10 et 11 novembre sur les présidentielles ne saurait valider la stratégie d’effacement du PCF dans les « collectifs ».

Le résultat quasi unanime du vote contraste avec l’ambiguïté de son sens. Délibérément, la direction nationale avait refusé de laisser les communistes se prononcer sur le principe d’une candidature de rassemblement présentée par le PCF sur un programme communiste. Aussi parmi les 96% de votes sur la case 1 se retrouvent une grande partie de camarades qui se sont rabattus sur la « proposition » de candidature de la secrétaire nationale du PCF pour exprimer la nécessité d’une candidature communiste, d’autant plus que cette perspective paraît remise en cause par les « collectifs » dans lesquels la direction a choisi elle-même d’inscrire le parti.

La motion de la Fédération du Pas-de-Calais, adoptée par la quasi-totalité des assemblées de section traduit bien cette confusion délibérée : « Nous constatons que le bulletin de vote peut entraîner de la confusion entre le choix de la candidature, en l'occurrence Marie-George Buffet que nous approuvons  et le choix stratégique d'une candidature « antilibérale » sous réserve de l'accord des collectifs unitaires, qui nous pose problème. Voter Marie-George Buffet revient à approuver, tel que cela est présenté, le choix stratégique d'une structuration durable au bénéfice du mouvement antilibéral avec le risque de dilution, à terme, de notre parti et de sa perte d'autonomie politique. Marie-George Buffet serait d'ailleurs, dans ces conditions, candidate entourée de plusieurs porte-paroles et sur un programme qui n'est pas celui du PCF, sans compter les conséquences financières pour notre parti… »

En aucun cas, la stratégie de fusion-disparition du PCF voulue par la direction et porté par la secrétaire nationale elle-même, non seulement à l’occasion de l’élection présidentielle, mais aussi pour les législatives et « durablement » pour l’avenir ne peut considérée comme validée. La direction du PCF a beau jeu de se prévaloir d’un soutien à sa stratégie mais le fil est vraiment trop gros. Les efforts des directions départementales pour « gonfler » le taux de participation (votes téléphonés…) ne serviront à rien. La poursuite lamentable du choc des ambitions électoralistes dans les « collectifs antilibéraux » à qui la direction du PCF laisse le choix final de la candidature le 10 décembre, comme du contenu de la campagne va dévoiler encore un peu plus le véritable objectif d’effacement du PCF. Plusieurs membres du Conseil national, des dirigeants historiques du Parti, des responsables et militants de plusieurs fédérations ont lancé un appel intitulé « nous ferons vivre le PCF, même contre la stratégie de sa direction ! ». Il existe d'autres perspectives que l'effacement du PCF!

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article