A propos de gauche

30 Novembre 2006 , Rédigé par Jean-François Autier Publié dans #Tribunes

A propos de gauche, par notre camarade JF Autier (fédération de la Dordogne)

Dois-je m'en excuser ? Les difficultés actuelles du rassemblement antilibéral, construction politique qui ne me semble pas répondre aux attentes clairement manifestées du peuple de France, ne parviennent pas à m'émouvoir. Le 29 mai 2005, les Français n'ont pas seulement dit "non" au TCE, ils ont dit "non" à l'Europe telle qu'ils la vivent, et dont Volskwagen (après Renault) rappelle aux Belges qu'elle est au service du capital. La gauche antilibérale propose-t-elle de sortir de l'euro, de Maastricht, ou d'arrêter la fuite en avant dans cette Europe dominée par le capital ? Non. Novembre 2005, un sondage Louis Harris pour Libération nous apprend que 61 % des Français "jugent le capitalisme négatif". Oui, vous avez bien lu : le ca-pi-ta-lisme. Jamais nos concitoyens n'avaient été aussi nombreux à porter un tel jugement : c'est historique. La gauche antilibérale propose-t-elle d'en finir avec le capitalisme ? Non. Le même sondage de novembre 2005 nous apprend que parmi les 61 % de Français qui "jugent le capitalisme négatif", on trouve 38 % des électeurs UMP-UDF. La gauche antilibérale se propose-t-elle de les rassembler pour en finir avec le capitalisme et construire une société non-capitaliste ? Non. Voilà pourquoi je n'ai pas de regret que cette construction politique, qui veut diviser le peuple de France en "peuple de gauche" et donc "peuple de droite", disparaisse. De toute évidence, ceux qui s'agitent dans cette gauche antilibérale ont oublié que la seule vraie division du peuple de France, elle se trouve entre exploités et exploiteurs. Il serait temps que les communistes, organisés et inorganisés, se retrouvent pour faire des propositions aux 61 % de Français qui "jugent le capitalisme négatif". Jean-François Autier
jean-françois.autier@wanadoo.fr

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article