Contre la privatisation de GDF : un report pour gagner !

3 Décembre 2006 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #EDF et GDF

Contre la privatisation de GDF : un report pour gagner !

Tant mieux ! Les difficultés techniques et juridiques s’amoncellent sur le projet du gouvernement de fusion-absorption de GDF par la multinationale Suez. Le Tribunal de grande instance de Paris vient de reporter la tenue du Conseil d’administration de GDF qui devait valider ce projet, décision confirmée en appel. Le motif n’est pas anodin : GDF n’a pas respecté son devoir d’information des personnels sur les conséquences sociales de la fusion. La pratique du coup de force antidémocratique est sanctionnée. Ce jugement renvoie la suite du processus en 2007 au cœur de la campagne électorale. C’est une deuxième chance pour mettre en échec la privatisation de GDF. Le rapport de forces existe. Près de 80% des usagers, 94% des agents s’opposent à cette opération. Les très lourdes conséquences de la privatisation de GDF sont largement reconnues : l’indépendance énergétique, la sécurité des approvisionnements, la sûreté des installations, des milliers d’emplois sont directement menacés. Usagers, contribuables, salariés refusent la nouvelle envolée des tarifs, la fin des principes du service public d’égalité de traitement et de péréquation tarifaire, pour nourrir les dividendes boursiers. L’avenir de GDF va devenir un enjeu électoral important. On ne peut pas compter sur les deux grandes forces politiques de l’alternance pour remettre en cause la privatisation. Elles ont successivement engagé depuis 10 ans le processus de privatisation de l’énergie. Rappelons que MM. Chirac et Jospin signaient ensemble en mars 2002 au sommet européen de Barcelone l’ouverture totale des marchés du gaz et de l’électricité fixée au 1er juillet 2007, là aussi au lendemain des élections. On sait aussi quel crédit accorder aux promesses. En 2004, M. Sarkozy s’était engagé à ne pas privatiser plus de 30% d’EDF et de GDF. Il vient de faire voter le contraire. Il n’y a évidemment rien à attendre de ce côté-là. Mais on ne peut que constater que le programme du PS ne comporte pas la renationalisation de GDF et l’on se souvient qu’en 1997, la « gauche plurielle » a privatisé France Télécom alors que M. Jospin venait de promettre le contraire. La mobilisation populaire sera seule décisive avant comme après les élections. Section du PCF du 15ème, nous avons rassemblé depuis mai dernier 3850 pétitions contre « la privatisation de GDF, contre la transposition en droit français des directives européennes de marchandisation de l’électricité et du gaz » et pour la « renationalisation intégrale et la fusion d’EDF et de GDF ». Au plan national, des centaines de milliers, des millions de pétitions peuvent et doivent pendant la période électorale empêcher le démantèlement du service public de l’énergie, gagner la non-application de la loi de privatisation de GDF et des directives européennes. EDF, GDF, entreprises hautement performantes ont permis sans discontinuer depuis leur nationalisation en 1946, la réduction des inégalités sociales et territoriales, l’indépendance énergétiques du pays, l’essor de l’industrie et de toute l’économie au moindre coût. Il n’y a aucune fatalité à ce que cela prenne fin.

 

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article