Tract weekend (nouvelle version) : La meilleure campagne « participative » : les luttes!

20 Février 2007 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #Actualités - Alternative politique

Emploi, salaires, retraites, services publics… La meilleure campagne « participative » : les luttes!      

80000 manifestants à Paris le 8 février à l’appel des syndicats de la fonction publique et de la SNCF: on ne peut que se féliciter qu’il n’y ait pas de trêve électorale des luttes. Dans la suite du NON majoritaire à la « Constitution » européenne, l’intervention du mouvement populaire sera décisive pour combattre et mettre en échec la politique de régression économique et sociale, menée dans l’intérêt du MEDEF. Quel que soit le futur gouvernement. 

 

Espérant que plus c‘est gros, plus ça passe, M. Sarkozy propose comme « rupture » de continuer et d’aggraver la politique actuelle de son gouvernement. Sa démagogie effrénée vis-à-vis des exploités n’a d’équivalent que parti pris de serviteur des exploiteurs: nouveaux cadeaux fiscaux aux plus riches, nouvelle remise en cause du droit du travail, du CDI, de la retraite à 60 ans et toujours de nouvelles aides publiques aux entreprises. Ses propositions pour les salariés : travaillez plus pour gagner moins ! pour les actionnaires : enrichissez vous ! M. Sarkozy peut se permettre de pousser le bouchon si loin parce que le PS se situe plus que jamais dans une perspective d’alternance pour gérer loyalement les affaires de la mondialisation capitaliste. Le « pacte présidentiel » dévoilé par Mme Royal a donné le cadre. Il s’inscrit dans le prolongement de l’engagement fondamental de la candidate socialiste pour le OUI à la « constitution » de l’UE de la « concurrence libre et non faussée ». Elle confirme sa volonté de faire revoter les Français sur un texte « renégocié » d’ici 2009. Elle reprend à son compte les 65 milliards d’euros annuel de cadeaux fiscaux et sociaux au patronat. Elle ne prévoit aucune réforme de la fiscalité et du financement de la Sécurité sociale dans le sens de la justice et de l’efficacité sociales et fiscales… Sans aucun moyen pris au capital, ses vagues promesses sociales se résument à prendre aux salariés un peu moins pauvres pour donner à ceux qui sont un peu plus pauvres. Cette impasse politique contraste avec la volonté majoritaire de changement exprimée lors du référendum du 29 mai 2005 ou dans les luttes des dernières années, notamment contre la loi Fillon sur les retraites ou contre le CPE. Dans la période, les communistes du 15ème entendent contribuer le plus possible au développement de ce rapport de forces et des luttes alors que d’importants rendez-vous sont fixés comme la nouvelle contre-réforme des retraites en 2008 ou la tentative de réintroduction de la « constitution ». C’est là que se trouve l’alternative politique pour le moment. C’est le contenu qu’ils entendent donner au vote communiste en 2007.

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article