Beaugrenelle : les promoteurs veulent maintenant éliminer les cinémas MK2

2 Mars 2007 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #BEAUGRENELLE

Beaugrenelle : les promoteurs veulent maintenant éliminer les cinémas MK2 

Jusqu’où va-t-on laisser la SEMEA15 et la Mairie de Paris laisser prédominer la loi du fric ?

L’affaire Beaugrenelle doit enfin éclater. La nature du projet immobilier des promoteurs Gécina et Apsys ne cesse de se vérifier : une opération spéculative qui menace d’écraser le 15ème, « écraser » dans tous les sens du terme, et en fin de compte sous la loi de l’argent. Dernière annonce en date : la tentative d’éviction des cinémas MK2. Les six salles actuelles proposent une programmation diversifiée marquée par le souci de privilégier le cinéma français et européen de qualité. Elles rencontrent les attentes du public local, ce dont témoigne leur taux de fréquentation. L’objectif des promoteurs pour leur projet d’hyper-centre commercial est tout autre. Pour tirer le maximum de profit de leur investissement, ils veulent implanter un immense multiplexe. Le loyer exigé du futur exploitant serait multiplié par 7 par rapport à celui du cinéma actuel. Le multiplexe sera susceptible de drainer sur des grosses « machines » américaines, un tout autre public, venant de tout le sud-ouest parisien : des clients potentiels du centre commercial. D’où le choix annoncé des promoteurs d’évincer MK2 au profit du groupe Europalace (Pathé) qui veut faire de Beaugrenelle un des tout premiers complexes de Paris.

 

Qui osera encore affirmer à la population, après cette nouvelle annonce, que l’hyper-centre commercial projeté (qui deviendrait le second plus vastes de la capitale) est destiné à une clientèle de proximité et ne menace pas les équipements et les équilibres du quartier ?

L’attaque sur les cinémas en suit d’autres. Citons les dernières en date. La même logique de profit s’abat sur le Centre médical Beaugrenelle, un des rares centres de santé conventionné, accessible à tous sans dépassement d’honoraire, dans le quartier. La perspective de multiplication des loyers par 4 l’éjecte de la même façon. Depuis le départ, avec les associations, nous dénonçons les menaces sur le commerce de proximité dans tout le 15ème. Les promoteurs et la SEMEA15 n’ont cessé de le nier contre toute évidence. Ils viennent de se contredire eux-mêmes en proposant un dédommagement, 150000 euros par an, aux associations de commerçants de la rue du Commerce (qui l’ont refusée) et de la rue Saint-Charles. Le bilan net en terme d’emplois de l’opération serait bien négatif !

Aujourd’hui, Marin Karmitz, directeur des cinémas MK2 a affirmé sa volonté de ne pas laisser faire. Son action rejoint celle des associations de riverains qui combattent avec détermination depuis le début le projet que les promoteurs, mais aussi la SEMEA15 et la Municipalité de Paris tentent d’imposer sans concertation. A nouveau, au sujet des cinémas, Mme Hidalgo, présidente de la SEMEA15, 1ère adjointe au Maire de Paris, s’est défilée de toutes ses responsabilités. Répétons-le avec les associations : l’opération Beaugrenelle est entièrement de la responsabilité de la Ville de Paris. La collectivité est propriétaire des emprises foncières que la municipalité a décidé de céder aux promoteurs. C’est le Maire qui accorde ou non les permis de construire. C’est la SEMEA15, société d’économie mixte contrôlée par la Ville qui est aménageur du Front de Seine. 

 

A Beaugrenelle, la municipalité de « gauche » porte une opération immobilière spéculative, entièrement en contradiction avec ses objectifs politiques affichés pour l’ensemble de la capitale. Mme Hidalgo avait prétendu défendre, évidemment en vain, le Kinopanorama ou les cinémas de Convention. Aujourd’hui qu’elle directement responsable, elle laisse tomber le MK2 Beaugrenelle. Partout à Paris, la municipalité prétend défendre les centres de santé. Sur le Front de Seine, où elle est directement engagée, elle n’assure pas le maintien du Centre médical Beaugrenelle. La section du PCF Paris 15ème combat la politique de spéculation immobilière au service des promoteurs d’où qu’elle vienne. C’est la condition pour que dans le 15ème, comme à Paris et dans le pays, la « gauche » soit à gauche. Nous soutenons entièrement les actions des associations de riverains du Front de Seine. Avec elles, nous affirmons que rien n’est réglé. Les obstacles juridiques, l’opposition massive de la population rendent indispensable l’ouverture d’une véritable concertation pour un avenir du quartier respectueux de ses équilibres.

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article

marc d HERE 07/03/2007 19:17

L'attitude de la Mairie de Paris n'est pas toujours sans défaut......

Lannig 02/03/2007 19:42


http://video2007.over-blog.com/

        2.401 vidéos pour vous !     Connaitre amis pour les défendre  ,Connaitre ses ennemis pour les combattrePlus juste la France sera plus forte