Tract du 1er mai

1 Mai 2007 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #Actualités - Alternative politique

Faire barrage à Sarkozy en utilisant le bulletin Royal.
Se préparer à intensifier la riposte contre la politique au service du MEDEF d'où qu'elle viendra.


Aujourd’hui, la perspective politique est dans les luttes

Le gagnant de l’élection présidentielle est connu. C’est le MEDEF. Jouant du système électoral, les classes dominantes ont réussi à imposer un choix entre deux versions de la politique au service de la mondialisation capitaliste : l’ultralibéralisme hystérique de Sarkozy et le social-libéralisme de Royal. Avec Bayrou, les trois candidats arrivés en tête du 1er tour représentent le OUI à l’UE du capital pourtant rejetée à 55% par le peuple français le 29 mai 2005.

Pour le deuxième tour, conscients d’être enfermés dans ce système, mais sans hésiter, nous appelons à faire le choix du moindre mal : il faut faire barrage à Sarkozy. Il est le candidat de la continuité et de l’aggravation de la politique du gouvernement sortant, le candidat des patrons qui délocalisent, de la casse des droits sociaux, de la soumission à Bush, du recyclage des idées de Le Pen. Il doit avoir le moins de légitimité possible.

Pour autant, nous ne cultivons aucune illusion sur Mme Royal dont l’orientation sociale-libérale et la main tendue à l’UDF alimentent directement la « dérive générale à droite ».

Dans la période difficile qui vient, la perspective politique se trouve plus que jamais dans le mouvement populaire.

La force des rassemblements majoritaires contre la « constitution » de l’UE du capital, contre le CPE  existe toujours. La campagne n’a pas connu de trêve électorale des luttes. Les salariés d’Airbus, de Citroën Aulnay ont directement mis en cause la politique de délocalisation et de sabotage de l’industrie. Les postiers, les enseignants, les agents hospitaliers… combattent le démantèlement du service public et les privatisations.

Malgré le résultat des élections et la tentative de boucler la vie politique pour cinq ans, le rapport de forces existe dans le pays pour imposer d’autres choix que ceux de la mondialisation capitaliste. Comme en 1968 ou en 1995 les luttes peuvent et doivent les porter.

L’urgence sociale demeure avec la nécessité de l’augmentation des salaires, du SMIC à 1500 euros net, d’une politique sociale du logement.

De grandes batailles s’annoncent contre la feuille de route que le MEDEF fixe au prochain gouvernement : contre la poursuite du démantèlement de la sécurité sociale, des retraites avec la deuxième étape de la loi Fillon prévue en 2008, contre la remise en cause du droit du travail, du statut des salariés, contre la casse des services publics au nom des directives européennes de marchandisation, contre la tentative d’ici 2009 de réintroduction de la « constitution » européenne, par référendum avec Mme Royal, sans avec Sarkozy. Peut-être aussi contre la participation française à une nouvelle guerre américaine dans le monde sous l’égide de l’OTAN.

Pour toutes ces luttes, vous pouvez compter sur les militants communistes. Le monde du travail, le pays ont besoin d’un parti communiste fort.

Marie-George Buffet a obtenu un score inférieur à tous les résultats du PCF dans l’Histoire. Mais nous nous inscrivons en faux contre la théorie du déclin « inéluctable du PCF ».

A proprement parler, le 1,93% n’est pas le résultat du vote communiste mais celui de la « gauche populaire antilibérale » et d’une stratégie d’effacement du PCF. Comme beaucoup de communistes dans tout le pays, nous avons exprimé notre désaccord avec le choix de notre direction de gommer l’identité communiste. En faisant une priorité du rassemblement de « toute la gauche » dans les institutions, comme en opérant une conversion à la « renégociation » de la constitution de l’UE, l’orientation de la campagne a nourri le « vote utile ».

Elle n’a pas donné le relais politique que demandaient les luttes. C’est pourtant la raison d’être de notre Parti. Par son ancrage historique dans le monde du travail et les quartiers populaires, par sa théorie marxiste, le PCF est indispensable pour mener le combat anticapitaliste. Alors que les grandes manœuvres de recomposition politique ont débuté faisant entrevoir un rapprochement PS/centre droit vers un « parti démocrate » à l’américaine (ou à l’européenne) qui laisserait sur sa gauche un vague assemblage social-démocrate « antilibéral », l’existence et le renforcement du PCF n’est que plus important.

Dès les législatives, renforcez le vote communiste ! Faites le choix de la lutte, adhérez au PCF !

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article