Version originale du RELEVE DE DECISIONS SOUMIS AUX MEMBRES DU CN

23 Juin 2007 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #Actualités du PCF

Projet de texte de RELEVE DE DECISIONS, soumis aux membres du CN, samedi 23 juin à 14h00 :

Au sortir de la présidentielle et des législatives, la gauche, les communistes sont au défi de s’interroger et évoluer pour répondre en termes offensifs et positifs aux enjeux de notre société.

Victorieuse dans les urnes, la droite va maintenant tout faire pour déployer son projet de casse de notre modèle social et démocratique, scellant sa mise aux normes du capitalisme financier.

Le sursaut de la gauche au second tour des législatives, le score du PCF et la perspective de constitution d’un groupe parlementaire marque un point d’encrage pour le développement des mouvements sociaux, et peut contribuer à reconstruire une alternative politique à gauche.

Pour autant, notre résultat à l’élection Présidentielle et le déclin électoral du PCF quasi permanent depuis de nombreuses années nous appelle à faire un inventaire général qui ne soit pas conjoncturel, mais porte bien sur la nature et la perennité d’un parti communiste dans notre pays.

L’enjeu nous invite à un effort de création, d’innovation, de responsabilité permettant à tous les communistes, à tous les progressistes qui le souhaitent, d’engager la réflexion sur la société, ses évolutions, son apport à gauche et au communisme.

-          Pour mener la contre offensive politique et idéologique face à la droite et au MEDEF.

-          Pour combattre le bipartisme et construire une gauche de transformation sociale à vocation majoritaire.

Cet enjeu mérite aussi de retravailler la voie d’une émancipation humaine de notre temps, notre visée communiste afin de faire face à la mondialisation capitaliste et au sentiment de fatalité qu’elle génère quant au caractère inéluctable des politiques menées, de rendre accessible à tous notre projet de développement social et les propositions y concourrant.

Il appelle encore à un bilan critique et constructif de nos évolutions stratégiques et de leur mise en œuvre, de nos directions. Mais également d’appréhender sans tabou, ni a priori la question du devenir de notre organisation et de nos directions.

Le rapport du Conseil National présenté par Marie George Buffet fait état de premières hypothèses parmi lesquelles « celle de décider la création d’un nouveau Parti, de le dépasser pour en fonder un avec d’autres à l’exemple de die Linke, d’affirmer l’existence du PCF comme un préalable à tout débat sur cette question, ou bien de réfléchir à partir du potentiel du Parti Communiste, à ce que pourrait être une force communiste aujourd’hui… »

Ce débat est essentiel car il pose la question de l’existence même d’une voie révolutionnaire et émancipatrice dans notre pays.

Le travail que nous engageons appelle donc à la mobilisation et l’implication de tous les communistes. C’est pourquoi nous voulons le mener dans la transparence, le respect, la souveraineté et de la diversité des communistes.

Dans ce cadre le Conseil National propose aux communistes de s’engager dès maintenant dans :

La préparation d’un congrès extraordinaire fin 2007 en vue d’un congrès en 2008

Ce congrès extraordinaire va nous permettre de poser les termes de la réflexion de fond que nous voulons mener sur le devenir du communisme et d’une gauche d’alternative dans la France du 21ème siècle.

Notre Parti n’a pas le monopole des initiatives qui vont concourir aux évolutions et recompositions à gauche. Il n’en demeure pas moins que nous tenons à nous inscrire sans réserve dans ce débat, avec notre spécificité, mais également être force de propositions et d’initiatives pour contribuer positivement au nouvel élan nécessaire pour cette gauche d’alternative.

De fait la préparation du congrès exceptionnel doit être à la hauteur des attentes et des exigences exprimées par les progressistes, inédites notamment dans son caractère démocratique, d’ouverture sur la société et ses évolutions, en prise « avec la vie », les luttes sociales et à même d’associer tous les hommes et femmes attachés à l’idée même de changement.

Nous pourrions organiser notre réflexion comme suit :

D’ici à octobre, une première étape de travail nous permettra de lister les questions, différentes opinions et les nécessaires confrontations à mener collectivement. Pour y aider un questionnaire sera adressé à tous les membres du PCF visant à mieux appréhender leur point de vue, la rédaction de contributions communistes encouragées, de même à l’échelle nationale comme locale la création d’espaces d’échanges et confrontations, de forums ou groupes de travail favorisera la participation de tous les progressistes qui le désirent à cet effort partagé.

Un collectif désigné par le conseil national sera en charge d’animer cette phase de préparation du congrès.

En septembre, la question des élections municipales et cantonales fera l’objet d’un conseil national spécifique.

A partir de cet actif, début octobre, seront décidées les formes et modalités du congrès extraordinaire.

Les 8 et 9 décembre, ce congrès constituera une première synthèse des débats : il précisera la nature et les termes des choix à opérer concernant notre avenir lors du congrès de fin 2008. Il débouchera sur un plan de travail adéquat, intégrant les échéances politiques et électorales futures : municipales et cantonales de 2008, européennes de 2009, régionales de 2010, élections nationales de 2012.

Ancrer notre réflexion de congrès dans la résistance à la droite et au MEDEF, participer à la reconstruction d’un espoir populaire.

Le président de la République , Nicolas Sarkozy a confirmé ces jours derniers sa volonté de brimer dès les premiers jours de son mandat, toute velléité de résistance à sa politique ultra-libérale. La feuille de route du gouvernement Fillon, malgré son affichage d’ouverture, répond à l’objectif de nous installer dans un modèle de société à l’anglo-saxonne expurgée de tout humanisme. Il s’agit dès cet été de marquer des points significatifs sur des domaines structurant aujourd’hui le socle dur de notre société : remise en cause de la notion de dialogue et pacte social avec l’instauration d’un service minimum, attaque d’envergure contre le système de solidarité nationale (mise en place de la franchise médicale, mise à mal des régimes spéciaux), cesse du code du travail, libéralisation des services et privatisation de l’université, négation du droit du sol et de libertés fondamentales.

Face à cette offensive globale, le PCF appelle à une riposte d’envergure ; à contrer coup par coup les attaques portées et à faire grandir des réponses porteuses d’une autre perspective de développement humain et social.

-          Ainsi dès le 1er juillet, date de l’ouverture du marché de l’électricité, les communistes appellent nos concitoyens à s’engager pour la sauvegarde du service public de l’énergie et à « boycotter » dans ce sens toute sollicitation d’opérateurs privés visant au démantèlement du secteur.

-          Nous voulons faire reculer la droite et le MEDEF sur l’instauration d’une franchise médicale et d’une TVA sociale. C’est pourquoi notre parti entend participer activement à la riposte sur la santé initiée par un collectif de quarante organisations.

-          Il y a urgence pour le Proche Orient et la Palestine sous peine d’une nouvelle tragédie humaine et politique. Le PCF et l’ANECR appelelnt après le grand rassemblement devant le Quai d’Orsay de mardi 26 juin à des initiatives décentralisées dans les départements afin d’exiger la tenue d’une conférence internationale pour le rétablissement de la paix et la création d’un Etat palestinien dans les frontières de 1967 au côté de l’Etat israélien.

-          Deux ans après le NON français au TCE, nous ne pouvons tolérer le mini-traité européen défendu par Nicolas Sarkozy et Angela Merkel est sur le point d’être scellé par les 27 au mépris de toute souveraineté populaire. Si un nouveau traité est adopté, le PCF exige un nouveau débat démocratique et l’organisation d’un nouveau référendum.

Dans ce contexte aigu d’affrontement politique, la question du militantisme reste première. Le nombre de communistes, militant€s organisé€s, en mesure d’agir, de débattre, faire rayonner leurs idées constitue en soi un élément du rapport de force par rapport à la droite et dans la reconstruction de la gauche. Le PCF engage une campagne de renforcement : menons la collectivement et au niveau de cette ambition.

La fête de l’Humanité des 14, 15 et 16 septembre va constituer le premier temps fort de mobilisations et d’échanges, dans la rentrée sociale et politique. Elle sera également un rendez-vous essentiel pour permettre aux communistes de donner une dimension publique et populaire à la réflexion et au travail qu’ils engagent. Oeuvrons à ce que la diffusion de la vignette soit le fil conducteur de l’activité militante de cet été.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article