Constitution d'un groupe de la "gauche démocrate et républicaine" à

26 Juin 2007 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #Actualités du PCF

Constitution d'un groupe de la "gauche démocrate et républicaine" à
l'assemblée: NON à l'effacement du PCF à l'Assemblée -
Communiqué

La première séance de l’Assemblée nationale nouvellement élue s’est tenue aujourd’hui. Les statuts d’un groupe dit de la « gauche démocrate et républicaine » ont été déposés. Il compte 24 membres dont les 16 députés élus comme communistes, 2 apparentés, 4 verts et deux députés d’outre-mer. Sa constitution est présentée comme technique et provisoire dans l’attente d’un éventuel abaissement du seuil de députés nécessaires. Mais une « présidence tournante » est prévue jusqu’en 2012.

La constitution d’un groupe strictement technique, rendue inévitable par le caractère antidémocratique du scrutin majoritaire, afin de se répartir les moyens et du temps de parole liés au statut de groupe parlementaire entre formations politiques différentes, sans accord politique, ne nous choque pas.

Mais l’absence dans l’intitulé du groupe de toute référence au caractère communiste de sa composante principale est pour nous absolument inadmissible. Uniquement en 1939 après l’interdiction du Parti, les députés communistes avaient abandonné leur nom, contraints et forcés, pour devenir le groupe « ouvrier et paysan ».

Une appellation du type « groupe technique PCF, Verts et républicains » était le dernier compromis envisageable. L’avantage matériel ne saurait compenser le lourd poids politique de l’acceptation par notre parti de la disparition d’un groupe communiste.

Cette résignation à l’Assemblée est d’autant plus grave qu’elle se situe dans un contexte où une vaste campagne médiatique, relayant des positionnements de groupes dirigeants du PCF appelle à une disparition, à un sabordage de notre Parti. 

Le choix des électeurs doit être respecté. L’action du Parti communiste, relayée par des députés clairement communistes, est essentielle pour combattre la politique de Sarkozy-Fillon.

Nous appelons la direction du PCF et chacun de nos camarades députés à revenir le plus tôt possible sur le compromis de ce jour, à continuer d’exiger l’abaissement du nombre de députés nécessaires à la constitution d’un groupe.

Mais plutôt siéger parmi les non-inscrits que donner un signe de reniement de ce que représente le PCF dans le pays comme à l’Assemblée !

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article