Défendre les régimes spéciaux de retraite : c’est l’intérêt de tous les salariés ! - tract du dimanche 2

23 Septembre 2007 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #Défense de la retraite par répartition

Défendre les régimes spéciaux de retraite : c’est l’intérêt de tous les salariés !

Robin des bois prenait aux riches pour rendre aux pauvres. Sarkozy prend aux pauvres pour donner aux riches. La boutade se confirme au fil de chaque déclaration de l’omniprésent président et de ses « collaborateurs ».

Fillon vient ainsi de déclarer la France « en faillite » préparant les salariés, retraités et jeunes à de nouveaux sacrifices. Au cœur de l’été pourtant, il a fait voter au Parlement le « paquet fiscal », somme de mesures profitant quasiment exclusivement aux plus riches mais coûtant au pays 15 milliards d’euros par an, soit 4 milliards de plus que le « déficit » comptable affiché de la Sécurité sociale ou le tiers du déficit du budget de l’Etat. C’est le comble du cynisme : Sarkozy creuse les déficits et invite les travailleurs (qui se lèvent tôt) à les combler en payant plus cher leurs soins (franchise médicale), en voyant les services publics se dégrader (11200 suppressions de postes à l’éducation nationale dans le prochain budget)…

Sarkozy a déclaré la guerre au monde du travail. Tout y passe : le droit du travail et notamment le contrat de travail, l’assurance maladie, les retraites, le service public (privatisation de GDF)…

Il choisit la précipitation pour prendre les salariés de cours. Le relatif « état de grâce » ne pourra pas durer encore bien longtemps. Les chiffres de la croissance sont mauvais et les contrecoups du « paquet » fiscal sur la consommation populaire et les dépenses sociales ne peuvent que la plomber davantage. Le début de krach immobilier et financier aux Etats-Unis annonce la couleur. Sur un autre plan, l’absence de véritable opposition politique sur le fond « à gauche », qui explique grandement l’élection de Sarkozy, ne pourra pas freiner éternellement l’émergence du mouvement social.

Pour faire passer ses contre-réformes, Sarkozy fait le choix de la division. Il se livre à une « guerre éclair » contre les salariés du public pour mieux pouvoir se retourner sur ceux du privé. Il en est ainsi de la poursuite du démantèlement du système de retraite solidaire par répartition. Sarkozy et Fillon tentent de déconnecter la question des régimes spéciaux de la remise en cause de l’ensemble, programmée en 2008 avec la deuxième phase de la loi Fillon. Pourtant les deux sont intimement liés.

Les régimes spéciaux (SNCF, RATP, EDF-GDF…) sont un obstacle à la nouvelle dégradation du régime général, alors que le MEDEF réclame déjà le passage à la retraite à 62 ans et les 42 annuités. Les statuts du public, notamment des agents de la SNCF et de la RATP, constituent aussi un obstacle à la privatisation de ces entreprises et à la poursuite de la remise en cause du service public. Enfin, le pouvoir craint la capacité de mobilisation des agents du public qui en 1995 et en 2003 (alors qu’ils n’étaient prétendument pas concernés par la loi Fillon 1) ont été en première ligne dans les luttes au bénéfice de tous les salariés.

Le président, le gouvernement, relayés par la plupart des media tentent de jeter à la vindicte les agents du public. Ce ne sont pas eux les privilégiés, loin s’en faut ! Rétablissons la vérité ! Les fiches de paie et le montant des pensions en témoignent. Refusons de tomber dans la logique du nivellement par le bas de tout le système social !

L’attaque globale de Sarkozy contre les droits sociaux et démocratiques exige une riposte globale. Des mobilisations se préparent pour le 18 octobre et les jours suivants. Les cheminots, à l’appel de leurs organisations syndicales, combattront la destructuration du fret et la remise en cause des retraites dans la perspective de privatisation rampante. Les agents de la RATP et de la fonction publique devraient s’engager également. Nous pouvons faire de ces journées, un grand moment de la convergence des luttes.

Militants communistes, participer à la construction de ces luttes est notre priorité, loin de toutes les combinaisons politiciennes et recompositions politiques à « gauche » en vue déjà d’une alternance en 2012. L’immense succès de la Fête de l’Humanité a confirmé la profondeur de l’ancrage du PCF. Nous avons bien l’intention de faire vivre notre parti, outil historique au service du monde du travail pour mener la lutte des classes. Avec vous? Faites le choix de la lutte! Adhérez!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article