Déficit de la sécurité sociale : un chiffre pour comprendre, 32 milliards d’euros d’exonérations de cotisations sociales patronales en 2008 !

27 Septembre 2007 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #Défense de la retraite par répartition

Déficit de la sécurité sociale ? 

Un chiffre pour comprendre, 32 milliards d’euros d’exonérations de cotisations sociales patronales en 2008 !

La Commission des comptes de la Sécurité sociale vient de publier lundi 24 septembre son rapport annuel. Elle a estimé à 31,75 milliards d’euros la somme des déductions de cotisations offertes au patronat pour 2008. Ce chiffre représente une augmentation de 4 milliards par rapport à 2007, en lien avec les nouveaux cadeaux attribués au titre des « allègements » sur les heures supplémentaires. Au total, les ressources légitimes de la Sécurité sociale se retrouvent amputées de plus d’un cinquième. En 2008, les allègements consentis par les gouvernements de droite vont rejoindre en montant ceux accordés au MEDEF au nom des 35 heures. Ces 32 milliards sont à mettre en relation avec les 12 milliards de déficit affichés pour cette année : trois fois plus. Ou encore avec les 800 millions d’euros que le projet de loi de financement de la sécurité sociale anticipe sur les franchises médicales infligées aux malades pour un total moyen attendu de 18 euros par personne et par an, pouvant aller jusqu’à 50 euros, s’ajoutant au forfait hospitalier ou au forfait de 93 euros non remboursés sur les opérations « lourdes ». Depuis 1993, les déductions de cotisations sociales au nom de l’emploi ont fait la preuve de leur totale inefficacité, sauf à nourrir les profits contre les salariés assurés sociaux. Que l’on cesse de nous parler de crise du financement de la Sécu ! Reconquérons l’assurance maladie solidaire obtenue à la libération contre le patronat et les assurances privées ! Améliorons-le vers des remboursements à 100% ! C’est à cela que doit servir la richesse produite par le travail. 

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article