Ne laissons pas au MEDEF la mainmise sur la branche Accidents du travail/Maladies professionnelles:

13 Octobre 2007 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #Médecine du travail - santé au travail

Succès de a manifestation du 13 octobre à Paris - extrait du tract PCF Paris 15

Ne laissons pas au MEDEF la mainmise sur la branche Accidents du travail/Maladies professionnelles:

Les AT/MP sont en plein développement avec l’augmentation de la précarité et de l’intensification de l’exploitation. Bien souvent, ils se traduisent par des drames humains.

Les AT-MP sont notoirement sous déclarés et sous indemnisés par la branche AT-MP de la Sécurité sociale. Cette branche est intégralement financée par la cotisation AT-MP des employeur théoriquement modulée, dans les entreprises et branches d’activité, selon la fréquence et la gravité des AT-MP. Ce n’est que justice.

La cotisation AT-MP est donc d’une nature différente de la cotisation maladie, partie socialisée du salaire (voir ci-contre) sur laquelle le MEDEF voudrait bien aussi revenir. La cotisation AT-MP est à la fois une sanction de la responsabilité de l’employeur et une forme de prévention (par le porte-monnaie). Elle devrait correspondre à une indemnisation du préjudice subi par le salarié au travail comme dans la vie.

On en est loin ! D’autant plus loin que le MEDEF, avec l’aide des gouvernements, a pris le contrôle de l’administration autonome de la branche. Au nom de la maîtrise des coûts, il s’oppose à l’augmentation pleinement légitime des cotisations, diminuant de fait les indemnisations. Il veut revenir aussi sur les conditions d’indemnisation des maladies de l’amiante.

Faisons éclater le scandale de la santé à l’entreprise pour écarter le MEDEF de la gestion de la branche AT-MP (on ne peut pas être juge et partie), pour gagner de justes indemnisations et des cotisations patronales à due concurrence !

Ne laissons pas les obligations de réparation des employeurs devenir de simples obligations de « précaution » !

Sur un autre plan, mettons fin au démantèlement de l’inspection du travail et donnons lui comme à la médecine du travail des moyens nouveaux et une garantie d’indépendance ! Gagnons de nouveaux moyens pour les CHSCT ! C’est une nécessité pour une véritable reconnaissance des AT-MP.

Gagnons enfin une reconnaissance de la pénibilité et une adaptation des conditions de travail et de départ en retraite respecteuses de la santé des travailleurs, comme elles existent dans les régimes spéciaux ! 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article