Chacun choisit son camp !

20 Novembre 2007 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #Actualités - Alternative politique

Chacun choisit son camp !

Dimanche, nous diffusions, malgré un froid vif, le tract de notre section du PCF de soutien aux luttes sur le Marché Convention. Il s’intitule « salariés, retraités, jeunes, choisissez votre camp ! ». Les autres partis s’affairent sur le marché depuis déjà quelques semaines, ayant déjà engagé leur campagne municipale. Le 15ème fait partie des rares endroits où l’UMP a osé diffuser son tract démagogique contre les agents des services publics. Sur quatre millions de dépliants en quadrichromie, il y a fort à parier que le plus grand nombre finira au pilon. Le pouvoir a en effet compris qu’il n’avait pas intérêt à laisser apparaître si nettement le caractère réactionnaire et revanchard de son attaque contre les acquis sociaux. Mais même dans le 15ème, on ne peut pas dire que les passants semblaient très sensibles à la campagne de l’UMP alors que notre tract a été accueilli avec sympathie. Le PS et Mme Hidalgo offraient à boire aux chalands au café voisin de notre poste de diffusion. « Offraient », c’est beaucoup dire vu que c’est le contribuable qui réglera la note inscrite dans les comptes de campagne et remboursée. Nous les avons interpellé sur les luttes du moment et en particulier sur la bataille contre la casse des régimes « spéciaux ». Fort embarrassés de notre présence, les socialistes se sont défilés au sens figuré comme au sens propre. Ils se sont éloignés de nous, sans répondre. Nous les avons un peu suivi. Ils se sont éloignés encore plus et ont détourné la tête. 

On devine pourquoi.

Dans toutes les luttes en cours, quel est le camp du PS ? Il est pour « l’autonomie » des universités. Il défend le nouveau traité européen avec Sarkozy, au mépris de l’expression du peuple. Il est pour la suppression des dispositions centrales des régimes spéciaux. Aux commandes du STIF, Syndicat des transports d’Ile-de-France, M. Huchon, président de la région, comme Mme Hidalgo, conseillère régionale et M. Delanoë, Maire de Paris qui représente 30% du CA du STIF acceptent le « service minimum » dans les transports, préparent activement la mise en concurrence des réseaux RATP et SNCF, se sont dégagés du circuit de financement des retraites de la RATP, facilitant l’attaque actuelle. Ces choix, comme l’orientation de la campagne de Royal aux présidentielles dégagent le terrain politique à Sarkozy. Aujourd’hui, les luttes portent l’alternative politique. Elles devraient être au centre de la préoccupation de notre parti. Elles le sont pour les cellules et la section du PCF Paris 15.

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article