Gagner pour l’école : la grève du 10 février a montré que les forces existent. Préparons le 19 mars.

14 Février 2011 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #Education nationale

Gagner pour l’école : la grève du 10 février a montré que les forces existent. Préparons le 19 mars.

 

110214_education.JPG

La rentrée 2011 peut s’effectuer dans de bonnes conditions. C’est ce que la montée de la mobilisation du monde de l’éducation contre les projets du gouvernement laisse envisager.

 

Jeudi 10 février 2011, à l’appel des syndicats de la FSU, la grève des personnels de l’éducation nationale a été fortement suivie, avec entre 19% (selon le ministère) et 50% de grévistes selon les organisations syndicales. 

Coïncidant avec les luttes des personnels de la justice, l’action des enseignants a montré que la combativité des salariés n’a pas été atteinte depuis le passage en force de la loi Woerth contre les retraites.

Les forces existent toujours plus que jamais pour faire reculer le gouvernement tout de suite, commencer à inverser sa politique. L’école est un des sujets centraux les plus rassembleurs.

 

De nombreux parents d’élève ont manifesté leur soutien aux grévistes, notamment dans les écoles où des classes sont menacées de fermeture. L’immense majorité de l’opinion refuse ne comprend pas et refuse que le pouvoir supprime 16.000 postes d’enseignants à la rentrée dans le secteur public quand 62.000 élèves supplémentaires sont attendus.

A Paris, le mouvement a été encore un peu mieux suivi que nationalement. Pour accueillir 600 élèves de plus, le rectorat prévoit de supprimer 77 postes…

Signe des possibilités de rassemblement, le Conseil départemental de l’éducation national (CDEN), composé entre autres de représentants des catégories de personnels, des parents, des élus, s’est opposé à l’unanimité au projet de carte scolaire présenté par l’académie.

La lutte, les luttes locales ont permis d’enregistrer de premier succès. 4 fermetures de classe ont été annulées, dont une à l’école de la rue Mademoiselle dans le 15ème. Une classe demeure menacée à l’école de la rue de Cherbourg.

Dès la rentrée des vacances de février, la bataille va reprendre. La date du samedi 19 mars a été retenue par l’ensemble des organisations pour une manifestation nationale. Des grèves se préparent.

Faire céder le gouvernement sur l’école, sur la base de l’avenir du pays, de son économie, c’est une des meilleures façons de gagner l’alternative politique.

Les communistes seront aux avant-postes de ce combat.

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article