Le 15ème en ébullition ? Non en colère !

14 Octobre 2009 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #15ème

Le 15ème en ébullition ? Non en colère !


 

L’hebdomadaire Le Point du 8 octobre consacre un supplément de 20 pages au 15ème arrondissement et en particulier aux grands projets en cours. L’occasion de faire nous aussi un point sur ces dossiers et quelques autres.

Sur chaque sujet, les journalistes n’ont guère fait dans l’investigation mais se sont contentés de juxtaposer et de mettre en forme les présentations officielles faites par la municipalité de Paris et celle du 15ème, cette dernière relayant le gouvernement.

A ce jeu, nous avons remarqué qu’Anne Hidalgo, 1ère adjointe du maire de Paris et candidate aux régionales l’emporte par 15 citations directes contre 10 seulement à Philippe Goujon, député et maire du 15ème.

Mais peu importe car ce qui ressort aussi de manière frappante, c’est l’accord profond des deux pouvoirs sur à peu près tous les dossiers.

 

Même sur la vidéosurveillance, cheval de bataille obsessionnel de M.Goujon, à propos de laquelle, dans la campagne électorale des municipales de 2008, la « gauche » avait fait entendre une réticence. Mme Hidalgo affirme maintenant : « nous y sommes favorables car la sécurité est un droit ». Pas nous ! parce que le flicage des citoyens atteint à leur liberté mais ne diminue absolument le nombre de délits comme les exemples étrangers le montrent.

 


Sur le projet de « Tour Triangle » de 180 mètres d’altitude (210 dans d’autres versions) à la Porte de Versailles, Le Point donne la parole au promoteur, la foncière Unibail-Rodamco, également grand bénéficiaire de la rénovation des Halles.

Le promoteur nous ressort que, grâce à sa forme, l’immeuble de grande hauteur ne fera pas d’ombre, un peu comme les personnages des contes…

Il ne s’embarrasse plus des petites promesses d’équipements collectifs qui avaient été faites par la municipalité lors de la consultation bâclée de l’an dernier : que des bureaux et un centre de conférence de prestige.

Les nouvelles tours à Paris ne correspondent absolument pas à la réponse aux besoins des habitants et salariés, du 15ème comme de la région, mais bien à une volonté de rentrer dans la concurrence entre capitales financières au bénéfice des multinationales et des groupes immobiliers. Nous continuons à nous opposer au projet de Tour Triangle !

 

Nos interventions : http://pcf-paris15.over-blog.com/article-23012851.html -

M. Goujon est naturellement le 1er avocat de l’implantation sur 16 hectares à Balard, du « Pentagone » français voulu par Sarkozy.

Dans le cadre de la réintégration complète dans l’OTAN et de l’Europe de la défense, le gouvernement veut un QG centralisé de la « quatrième puissance militaire de la planète » (pas de quoi être fiers !) pour piloter des interventions guerrières partout dans le monde derriere les USA.

Cette conception, opposée à une politique de stricte défense nationale, se traduit aussi dans l’immobilier que l’on va imposer au 15ème. Une partie de la Cité de l’Air, les établissements de la Marine (maintenant DGA), y compris le fameux Bassin des carènes, équipement d’excellence pour la construction navale et véritable monument, doivent être détruits en 2010.

De surcroît, ce gouvernement, qui n’en finit pas de ruiner le pays et de l’endetter, veut avoir recours à « partenariat public privé » pour le financement des nouveaux bâtiments. Les groupes privés de travaux publics et de l’immobilier vont engraisser encore en touchant pendant des années des loyers de la collectivité, pour un montant total scandaleusement supérieur au coût réel de l’opération. Et dans le même temps, on va brader les immeubles actuels de l’Armée dans tout Paris suivant l’exemple désastreux de l’Imprimerie nationale.

Mme Hidalgo ne voit dans l’opération qu’« un projet que la Ville se doit d’accompagner ».

Notre intervention sur le Bassin des carènes : Non à la destruction du Bassin des Carènes pour le compte de l'OTAN!


Sur les travaux à l’hôpital Necker et l’implantation du pôle mère-enfant, nous avons déjà dénoncé, ce qu’ignore évidemment l’article, comment les services d’autres hôpitaux (Institut de puériculture, Saint-Vincent-de-Paul, ex-Saint-Michel…) que l’on a fermés ou que l’on va fermer et ne se retrouveront pas dans le « pôle d’excellence » de Necker-Enfants malades, ainsi que les menaces sur des services adultes de Necker.

 

Sans notre action déterminée contre les projets du secteur Boucicaut après la fermeture de l’hôpital, (nos pétitions dont la dernière : « pour le droit de naître et de vieillir dans le 15ème), le pouvoir et la direction de l’AP-HP n’auraient sans doute pas créé et développer la maternité de Necker. On se souvient encore de la réunion de concertation en 2001, où lorsque les familles expliquaient qu’il fallait 8 mois d’avance pour avoir une place dans les maternités privées du 15ème, Mme Hidalgo répondait : « 8 mois, c’est moins que 9 ».

 

A Boucicaut, le compte n’y est toujours pas, même si enfin des bâtiments sont sortis de terre. Il n’y est pas, pas du tout, en termes de structures médicalisées pour les personnes âgées, ce qui avait été promis par M.Balladur pour faire passer l’opération de vente des hôpitaux Boucicaut, Broussais et Laënnec pour financer l’HEGP. Juste « quelques chambres » pour des personnes âgées dépendantes.

Il n’y est pas non plus en termes de logements sociaux, malgré une légère amélioration depuis la concertation de 2007 (voir notre analyse d’alors complétée depuis : Aménagements de Boucicaut ). Une moitié des logements construits seront livrés au marché, pour plus de 50% de la surface. Hidalgo et Goujon se disputent sur les détails architecturaux…

 

Beaugrenelle ! On mesure le mal que cette opération immobilière a à passer aux superlatifs que Le Point se sent obligé de reprendre : « opération séduction », « rue Keller relookée »… Ce que le journal, copiant Mme Hidalgo, qualifie de « craintes légitimes, réticences et polémiques politiciennes » ne cesse de confirmer.

L’opération immobilière démesurée est d’abord un cadeau (cession des terrains) aux promoteurs dont Gécina et Apsys. Il ouvre à une « requalification » de tout le quartier du Front de Seine en zone de prestige pour les entreprises et les riches internationaux.

La dégradation du cadre de vie, les menaces sur les équipements (déjà vérifiées - notamment avec la fermeture du centre de santé conventionné), les menaces à terme sur les logements sociaux, pourtant bien réelles, n’ont pas le droit de citer dans l’article.

Ce qu’il en ressort quand même, c’est le scepticisme sur les chances de succès du centre commercial. 50% des surfaces commerciales n’ont toujours pas trouvé preneurs (sans parler des simples promesses). Le patron d’Apsys n’a aucune enseigne supplémentaire à annoncer depuis 2 ans.

Mme Hidalgo s’obstine à considérer que le quartier est bien desservi en transports en commun contre l’évidence qui demeure. Une station de métro d’une ligne secondaire, des lignes de bus et deux stations du RER C distantes de 700 mètres : rien de comparable avec le Forum des Halles ou Italie 2, place d’Italie. Et cetera…

Juste un point encore: maintenant que le projet a commencé, ils peuvent annoncer les vrais chiffres de surface du centre commercial : 47.000 mètres carrés et non 33.000 comme on nous l’avait opposé contre nos démonstrations. (voir nos très nombreuses interventions sur le site - catégorie luttes 15ème)

« Le nouvelle vie de l’Imprimerie nationale » a été un peu évoquée plus haut. Nous avons été les seuls, malheureusement, à combattre la politique des gouvernements successifs depuis 1992, et de façon renouvelée depuis 2000, consistant à dépecer cette entreprise nationale d’excellence. Le résultat est consommé.

Nous avons été les seuls aussi à dénoncer l’opération de vente au fonds de pension Carlyle que tout le monde déplore aujourd’hui, que le gouvernement Raffarin a organisée en 2003 et auquel la municipalité a refusé de s’opposer comme elle l’aurait pu. Vendu en 2003 par l’Etat 85 millions d’euros, racheté par l’Etat en 2007, 377 millions d’euros ! (voir en lien: Rachat de l’immeuble de l’IN : on a enfin le chiffre du scandale : 376,7 millions d’euros.)

Bien sûr, malgré cette douloureuse histoire pour laquelle ils ne sont pour rien, nous souhaitons la bienvenue aux personnels du Ministère des affaires étrangères et à leurs organisations syndicales.

 

Culture, vie associative : pas un mot sur le projet qui menace le Patronage laïque et des larmes de crocodiles sur la fermeture de quatre cinémas de quartier en quatre ans…

Pas un mot non plus sur les destructions de services publics, sur la suppression rapide du parc de logements privés « sociaux de fait », ni sur le niveau insupportable et injustifié des loyers dans notre arrondissement dont toutes les catégories de salariés, de retraités pâtissent…

 

Ils ne pouvaient pas tout dire et en même temps laisser tant de lignes aux uns et aux autres pour faire concurrence de bonnes intentions bio et écolos !

 

Le Point n’a pas fait le choix d’interviewer ceux qui luttent. Ils doivent s’exprimer par eux-mêmes !

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article