Le scandale des logements vides du 180 rue de la Croix-Nivert : combien de fois faudra-t-il le dénoncer ?

10 Mai 2010 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #Droit au LOGEMENT

Le scandale des logements vides du 180 rue de la Croix-Nivert : combien de fois faudra-t-il le dénoncer ?

 

A l’angle de la rue de la Convention, au 180 rue de la Croix-Nivert se trouve un bel immeuble de 8 étages. Il comptait 73 logements. Depuis 1979, les propriétaires ne relouent plus. Depuis 1984, il n’y a plus du tout de locataire. L’immeuble est vide dans une agglomération où la pénurie de logement est de plus en plus grande, au milieu d’un arrondissement où la logique spéculative porte les loyers à des niveaux insupportables.

 

Depuis autant d’années, les associations pour le droit au logement, les partis politiques dénoncent périodiquement ce cas scandaleux, symbolique de la crise du logement.

Le PCF 15ème l’a fait et le refera.

 

Nous soutenons pleinement la nouvelle action engagée depuis le 9 mai 2010 par le DAL et appelons au rassemblement prévu le 10 mai à 17h00.

 

Le cas du 180 rue de la Croix-Nivert a suscité de multiples prises de position des élus, puis du Conseil d’arrondissement et du Conseil de Paris.

Dans les années 90, les propriétaires, paraît-il en indivision et en conflit entre eux, avaient prix l’habitude de faire de temps en temps repeindre la façade ou d’apposer un panneau « à louer » pour échapper à toute mesure de réquisition.

Plus récemment en 2006, ils ont réellement procédé à la réhabilitation de l’immeuble qui compterait maintenant 30 logements plus grands et une porte, encore plus blindée, pour prévenir les squats. Mais ils ne le louent toujours pas.

 

Il est incompréhensible que la puissance publique ne trouve pas les moyens de sanctionner ces propriétaires, qui doivent crouler sous l’argent, et d’intégrer ces logements au parc social.

Ce cas en dit long sur l’efficacité des lois de réquisition et sur les conditions que le pouvoir se donne d’appliquer la loi DALO (droit au logement opposable).

 

L’Etat, premier responsable, doit procéder à la réquisition de l’immeuble.

La Ville de Paris doit agir avec bruit dans ce sens. De façon incompréhensible, la municipalité semble avoir lâché prise et a levé en 2009 la réserve « 100% logement social » que prévoyait le PLU pour l’immeuble.

 

La situation du 180 rue de la Croix-Nivert est exemplaire des cas où l’intérêt public impose la réquisition. En ce qui nous concerne, nous ne considérons cependant pas qu’il s’agisse de la réponse la plus importante à la crise du logement.

 

L’essentiel, c’est de construire du logement social, 100% de logement social dans les opérations où les collectivités décident, c’est de combattre la logique marchande et spéculative, de bloquer la hausse des loyers, d’empêcher la Loi Boutin de s’appliquer.

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article