N’acceptons pas la misère organisée des centres de Sécurité sociale !

25 Mars 2013 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #Santé - hôpital - assurance maladie

N’acceptons pas la misère organisée des centres de Sécurité sociale !

Pcf Paris 15, 25 mars 2013

130325_CAF_CPAM.pngIl est une autre façon de faire des économies sur le dos des assurés sociaux : fermer les centres d’accueil, rendre les conditions de travail des personnels de toutes les branches, maladie, allocations familiales, vieillesse, si difficiles qu’ils ne puissent plus faire face aux demandes croissantes des assurés sociaux.

En ce qui concerne l’assurance maladie, la politique des gouvernements successifs a conduit à réduire de 43 à 13 le nombre de centres d’accueil à Paris depuis 2005.

La fermeture de 4 autres centres est encore programmée dont celui de la rue du Docteur Finlay dans le 15ème arrondissement.

Il ne resterait plus pour les 335.000 habitants du 15ème, du 6ème et  du 7ème que le centre historique de la place Adolphe Chérioux. Or celui-ci est actuellement fermé pour réaménagement, avec réouverture improbable en juillet. Cette situation « temporaire » fait la preuve qu’avec un seul centre, il est impossible de maintenir les conditions de travail, le service rendu, l’accès aux prestations dues.    

Les quatre points d’accueil promis à disparition à Paris reçoivent physiquement 2000 assurés par jour. Il s’agit souvent les personnes les plus fragiles. Celles-ci seraient contraintes demain de faire des transports plus longs, des queues plus longues, verraient le traitement de leur dossier retardé. Veut-on les dissuader de faire valoir leurs droits ? Alors que 20 milliards d’euros de « crédits d’impôt » sont encore accordés à leurs patrons !

Ce projet suscite une réprobation générale dans le contexte d’inquiétude devant les attaques renouvelées contre la Sécurité sociale et son financement solidaire.

Les pétitions initiées par la CGT de CPAM et les Unions locales CGT, dont celle de notre arrondissement, ont recueilli des milliers de signatures. Notre section du PCF a relayé cette lutte (voir nos textes précédents).

Les organisations de la CGT remettront toutes les pétitions à l’occasion de la prochaine réunion du Conseil de la Caisse primaire d’assurance maladie de Paris, mercredi 27 mars 2013.

Nous rapprochons cette situation de celle critique de l’accueil des Allocations familiales en général,  du centre historique de la rue Viala dans le 15ème en particulier.

Les jours de retard se comptent en semaine. Les personnels en nombre déjà très insuffisant  ne peuvent faire face à l’afflux de demandes nouvelles, notamment de RSA et d’allocations logement. Un tiers de la population est concerné chaque année : 18 millions de personnes ont été accueillies aux guichets en 2012 pour faire valoir leurs droits ou leur changement de situation. Rue Viala, il faut fermer un jour par semaine pour essayer de traiter les dossiers en retard.

Les situations extrêmes de tension, même de violence, avec les ayants-droit se multiplient.

La CGT organise une grève nationale le 2 avril pour réclamer d’urgence l’embauche de 2000 personnels.

Sans surprise, pour l’assurance maladie, pour les allocations familiales, aucun changement ne s’est produit en 2012 avec le changement de gouvernement.  

Interpelé, le député-maire UMP du 15ème, Philippe Goujon, dont le parti n’est plus aux affaires, a fait part à la CGT de sa sollicitude et a rencontré le directeur de la caisse primaire. La prétendante au poste de Maire de Paris, l’élue PS Anne Hidalgo, dont le Parti est aux affaires, est pour l’instant aux abonné(e)s absent(e)s.

Une seule perspective pour les salariés, la population : la lutte devant l’inacceptable. Rappelons ce seul chiffre : un centre unique d’accueil pour 335.000 habitants !

Le PCF Paris 15 y participera activement comme au soutien de la lutte des agents des Allocations familiales.  

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article