« Négocier » ? Cautionner la casse du code du travail avec le patronat ?

11 Janvier 2013 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #Actualités - Alternative politique

Pcf Paris 15, 11 janvier 2013


La lutte des classes existe dans la France capitaliste. On trouve même des sondages IFOP (l’institut de Mme Parisot) pour reconnaître cette évidence : au moins 64% de la population sont conscients de « la réalité de la lutte des classes » suivant l’enquête IFOP pour l’Humanité du 9 janvier.

Restons-en aux évidences.

Dans « lutte des classes », il y « classes », d’un côté les possédants, les exploiteurs (et leurs serviteurs), de l’autre, ceux qui n’ont que leur travail pour vivre.  

Dans « lutte des classes », il y a « lutte ». Ces deux catégories ont des intérêts opposés et elles s’affrontent de façon plus ou moins organisée.

 

130111_marche-du-travil.jpgVoilà pourquoi, fondamentalement, il ne peut pas sortir quelque chose de bon pour les travailleurs, aucun « compromis » avantageux, des « négociations » voulues par le gouvernement, entre organisations patronales et syndicales, sur la « réforme du marché du travail ».

Aucun acquis social n’a jamais été obtenu ou sauvegardé en partant d’une discussion feutrée autour d’une table, encore moins octroyé par le patronat ou l’Etat. De 36 à 68 ou à 95, tout n’a été affaire que de rapport de forces dans cette lutte des classes.

On comprend bien le sens de l’initiative de François Hollande.

Il bénéficie encore de l’appui explicite (et inédit) que les principales centrales syndicales lui ont accordé avant les élections présidentielles. Il est moins disqualifié que ses prédécesseurs – pas pour longtemps – pour tenter d’organiser « l’union sacrée » dans le pays contre la crise, autrement dit un cadre pour que la patronat et le capital utilisent le plus tranquillement leur propre « crise » contre les salariés.

La volonté du capital d’intégrer les représentants des salariés à la gestion du système est aussi vieille que lui-même.

La « conférence sociale » de Hollande suit la loi sur le « dialogue social » de Raffarin puis celle sur la « représentativité syndicale » de Sarkozy, acceptée en 2008 par les principales centrales. Dans toute l’Ue, le système de « cogestion » à l’allemande, de collaboration de classe institutionnalisée est plus que jamais le modèle. Les « négociations » actuelles s’inscrivent dans ce schéma, même si elles n’aboutiront guère qu’à un accord limité sur le contenu et nombre de signataires.  

Aucun syndicat ne prendra le risque de se discréditer au point d’approuver la volonté du Medef de remise en cause du Contrat à durée indéterminée, CDI. Le Medef se tiendra à des dispositions restreintes que certains syndicats approuveront et d’autres non à la fin des négociations. C’est le jeu !

Mais là n’est sans doute pas tant la question. En faisant rentrer dans le jeu des négociations tous les syndicats, fût-ce au nom de la « sécurisation de l’emploi », le gouvernement réussit à légitimer pour l’opinion la nécessité de sa « réforme » du droit du travail, pour la « compétitivité ». Des pans entiers du code du travail sont menacés. La tâche du gouvernement se trouve facilitée pour procéder, par étapes, en commençant par un projet de loi en février, suivant l’Allemagne ou l’Italie dans la feuille de route européenne.

Dans ces vœux de fin d’année, Hollande met en parallèle « la sécurisation de l’emploipour conjurer à la fois la peur du salarié d’être licencié et la peur du patron d’embaucher ». Tout un programme et, en même temps, une belle négation de la lutte des classes !

Les dispositions précises discutées par les « partenaires » (normalement adversaires) sociaux rentrent dans cette logique. Une modulation des cotisations sociales patronales, pour l’instant des cotisations chômage, viendrait encore justifier un peu plus les cadeaux au patronat au nom de l’emploi des jeunes. Les syndicats dénoncent l’absence de « contreparties » aux 20 milliards d’euros de crédits d’impôt aux entreprises décidés par le gouvernement. Nouveau secrétaire du PS, Harlem Désir a annoncé la couleur : le PS va négocier ces contreparties pour mieux accompagner la mesure scandaleuse.

Le MEDEF défend ses intérêts de classe, il en « veut toujours plus » : c’est bien logique, il n’y a pas à s’en offusquer. Le Président et le gouvernement, élus, par défaut, contre Sarkozy, sont dans le camp de l’UE, du capital et du patronat. Vraiment, qui pouvait se faire des illusions là-dessus ?   

Avec eux, le dialogue social, la négociation, le compromis ne peuvent pas constituer des objectifs en soi ! Mais rassembler et mettre en échec, en partant des luttes, leur politique, c’est l’objectif des révolutionnaires pour 2013, année sans brouillage électoral !

 

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article

annonces classées 22/01/2013 11:41


Je vais le transmettre à mes proches et aux amis,car le sujet est à lire et l'article est très intéressant,vous avez utilisé des expressions pas compliquées mais en
même temps de grande importance, courage pour nous proposer d'autres !!