Plus de 30% de grévistes au dépôt RATP de Croix Nivert

11 Février 2010 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #RATP

11 février 2010 : grève d'avertissement des machinistes de la RATP (source Collectif pcf RATP Bus)

 

Les machinistes des bus RATP étaient appelés à faire grève ce 11 février 2010 par la CGT et FO.

Cette action vise précisément à dénoncer les dispositifs complexes et pervers mis en place par la direction pour alourdir le temps de travail, revenir dans les faits sur les temps de repos.

 

Comme les suppressions d’emplois au niveau de l’ensemble de la régie, le blocage de fait des salaires, cette politique de la RATP s’inscrit dans la recherche de la rentabilité financière maximale, en vue de la privatisation, aux dépens de la santé des agents, de la qualité du service rendu et de la sécurité.

 

Les méthodes de gestion du personnel traduisent la même obsession. Les pressions de toutes sortes se multiplient sur les agents, allant jusqu’à essayer de les dissuader de prendre des arrêts pour maladie. Des sanctions arbitraires et injustifiées sont prises pour dégrader l’ambiance au travail. Trois tentatives de suicide dont une d’un ouvrier du dépôt de Croix-Nivert (voir notre article) viennent d’en témoigner.

 

La grève est un premier avertissement en 2010 que les machinistes n’accepteront pas. Elle a été suivie par plus de 20% des machinistes. Les taux de grévistes de plus de 30% au dépôt de Croix-Nivert, plus de 50% aux dépôts de Saint-Maur ou de Flandre indiquent combien le mouvement peut et va se renforcer.

 

Les autorités politiques, donc aussi le Stif et la Région, ne peuvent se désintéresser de cette situation.

Vont-ils continuer à suivre la même logique de privatisation, d’appels d’offre et de concurrence, de pression à l’abaissement des coûts, sans regard sur la dégradation des conditions de travail ? Le contrat liant la Région à la RATP va-t-il être renouvelé dans ce sens ?

 

Voilà une question qui devrait être au cœur de la campagne des élections régionales. Pour nous, communistes, le respect et l’amélioration des conditions de travail sont un des éléments indispensables à la qualité du service public.

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article