Un communiqué du Parti communiste portugais après la grève du 24/11/11

25 Novembre 2011 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #Solidarité internationale

La grève générale : une force immense pour mettre en échec le « Pacte d'agression » et sauver le pays

 

Communiqué du Parti communiste portugais (PCP)

 

Traduction AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 

111125_greve_Portugal.jpg1– Dans des milliers d'entreprises et de lieux de travail, des millions de travailleurs ont exprimé aujourd'hui un « Non au pacte d'agression » combatif, lors d'une journée mémorable pour la défense des droits des travailleurs et d'un Portugal développé et souverain.

 

La grève générale convoquée par la CGTP-IN et qui a pu mobiliser très large, a constitué une réponse forte à la plus grande offensive depuis l'époque du fascisme. Une grève contre l'exploitation et la paupérisation, contre le cap du désastre national que le PSD, le CSD et le PS, soumis aux intérêts du grand capital national et international, veulent imposer au Portugal.

 

Une Grève générale qui est un grand moment dans l'histoire de la lutte des travailleurs et du peuple portugais, expression de l'intense lutte de classes engagée dans notre pays, affirmation patriotique et démocratique, élément de mobilisation et de confiance dans la lutte pour un Portugal avec un avenir.

 

2– Le PCP insiste sur l'ampleur nationale de la Grève générale. Dans tout le pays – sur le continent et dans les régions autonomes – et dans l'ensemble des secteurs d'activité, le succès de cette grève s'est traduit par une adhésion significative du côté des travailleurs à l'appel de la CGTP-IN, et par un vaste mouvement de solidarité et de soutien de la part d'autres couches de la population.

 

La Grève générale a été particulièrement suivie dans le secteur productif, par exemple : dans le secteur automobile, l'Auto-Europaet tout son complexe industriel, Renault-Cacia, Exide, Visteon, Delphi ; dans le secteur de la métallurgie et de la construction mécanique, avec les Chantiels navals de Viana do Castelo, Lisnave, l'Arsenal d'Alfeite, Browning, Sacti et Sacometal; dans le secteur du bouchonavec le groupe Amorim; dans le secteur textile, du vêtement et des chaussures avec Carveste, le groupe Paulo de Oliveira, Trekar, Califa, Huber Trico; dans le secteur de l'alimentaireet de boissonsavec Central Cer; dans le secteur du céramique, du ciment et du verreavec Saint-Gobain(Covina), Vista Alegre, Secil.

 

Le PCP insiste sur la portée de la forte adhésion à la grève dans le secteur des transports, comme à la CP (chemins de fer), la Refer (réseau ferré), l'EMEF (maintenance ferroviaire), dans le Métro de Lisbonne, le Métro de Porto, à la Soflusa (transport fluvial), la Transtejo (ferry) et dans des dizaines de compagnies de bus comme chez Carris, dans les transports de Porto, du sud du Tejo (TST), de Braga, de Barreiro, de Coimbra et d'Aveiro. La fermeture de tous les ports maritimes et de la plupart des ports de pêche et la fermeture des aéroports et du transport aérien, avec l’annulation de 600 vols.

 

Le PCP souligne également la réponse magnifique apportée par les travailleurs de l'administration publique centrale et locale avec des taux de grévistes qui ont atteint des niveaux historiques, avec la paralysie totale ou pratique dans quasiment tout le pays de la collecte des déchets, et d'autres services publics comme ce fut le cas dans le secteur de la santé avec une forte adhésion des travailleurs du secteur, et dans le secteur de l'éducation avec la fermeture de centaines d'écoles.

 

Le PCP attache beaucoup d'importance à la mobilisation dans ces divers secteurs et entreprises et à l'expression de la rue qu'a permise la Grève générale, dans des milliers de piquets de grève dans tout le pays, de points d'information, de rassemblements et de manifestations qui ont fait de cette journée de lutte un formidable travail collectif.

 

3 – L'extraordinaire participation constatée est d'autant plus à valoriser qu'elle s'est construite sous une pression, une répression et un chantage de plus en plus intenses. Cette Grève générale constitue une défaite de la campagne idéologique cherchant à présenter la politique de recul social comme inévitable et la lutte comme inutile ; une défaite du chantage constitué par l'imposition de services miniums illégitimes qui cherche à conditionner le droit de grève et du recours illégal aux forces de sécurité – police et gendarmerie – afin de masquer la violation du droit de grève. Une Grève générale qui, dans le même temps, constitue une victoire sur le conditionnement économique, les menaces de licenciement, de suppression de rémunérations et de primes, la répression et l'intimidation, notamment envers les travailleurs sous contrat précaire. Une grande démonstration de force, de détermination et de combativité sereine qui a triomphé des tentatives d’intimidation et des provocations délibérées tentant de minimiser son ampleur et tout le sens de la construction d'un avenir meilleur. Une grève générale qui est, en soi, une affirmation de dignité et de combativité de la part de millions de travailleurs qui ont renoncé à un jour de leur salaire pour défendre et réaffirmer l'importance supérieure de la protestation contre la détérioration de leurs conditions de vie et de l'action pour sauver le pays du désastre.

 

Dans un pays marqué par plus de 35 ans de politique de droite, sujet au processus d'intégration capitaliste de l'Union européenne, victime de la nature du capitalisme et de sa crise, la Grève générale a exprimé une exigence, ferme et largement partagée, de rupture avec la situation actuelle.

 

4 – Le PCP salue les millions de travailleurs qui ont participé à la Grève générale.

 

Nous saluons en particulier les milliers de jeunes qui ont fait grève pour la première fois, un élément d'une valeur politique inestimable qui ouvre des perspectives pour l'avenir.

 

Nous saluons la CGTP-IN et toutes les organisations représentatives des travailleurs, l'ensemble des militants, délégués et dirigeants syndicats qui ont construit cette forte journée de lutte, réaffirmant le rôle incontournable du Mouvement syndical unitaire qui, avec sa force et son identité, a constitué une force sociale immense indispensable à la construction d'une vie meilleure, à un pays de progrès et de justice sociale, une composante indispensable du processus de rupture avec les politiques de droite.

 

5 – Soumis aux intérêts du grand capital et aux diktats des grandes puissantes de l'Union européenne, le Gouvernement, les partis qui soutiennent le Pacte d'agression, le Président de la République qui défend la politique actuelle, ont reçu aujourd'hui une condamnation ferme et sans équivoque.

 

Une grève qui, contribuant à l'isolement croissant de ceux qui volent le peuple et coulent le pays, pose de façon incontournable une nouvelle phase dans le développement de la lutte de masses qui, tôt ou tard, mettra en échec les objectifs du gouvernement et du grand capital.

 

Ce qui sort renforcé de la Grève générale, c'est une confiance inébranlable pour poursuivre, dans chaque entreprise et chaque lieu de travail, dans chaque localité, dans chaque secteur d'activité, la poursuite de la lutte avec des actions spécifiques et convergentes. Le PCP insiste dès maintenant sur la journée de lutte qui sera organisée mercredi prochain, 30 novembre, devant l'Assemblée de la République pour le jour du vote final du Budget de l’État de 2012.

 

6 – Le PCP, solidaire de la grève générale, réaffirme son engagement de toujours avec les travailleurs et le peuple portugais. La lutte qui va suivre sera encore plus dure, mais la force et la détermination que cette Grève a démontré nous apporte la conviction qu'il n'est pas seulement nécessaire mais possible de réaliser une politique patriotique et de gauche qui contribue à sauver le pays du cap du désastre qu'on cherche à lui imposer.

 

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article

C

La classe ouvrière en premier lieu, et le peuple portugais montre qu'une autre solution est possible, face à l'agression capitaliste sans précédent, envers ceux qui créent les richesses
indispensables pour un portugal libre indépendant et prospère.
Répondre