« Burqa » : couper court, enfin, à ce débat pernicieux !

26 Janvier 2010 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #Questions de SOCIETE

 « Burqa » : couper court, enfin, à ce débat pernicieux !

 

 

Il faut que le débat, artificiellement monté, s’arrête le plus vite possible.

 

Voilà sept mois maintenant que l’opinion publique est polluée par la question de la burqa qui ne correspond à aucune de ses préoccupations principales.

Certains se frottent déjà les mains de voir se prolonger ce débat. Faudra-t-il encore six mois pour déterminer si  l'on doit interdire le voile intégral sur la chaussée ou bien seulement sur le bord des trottoirs.

Assez ! Il faut faire taire les politiciens provocateurs et les irresponsables.

 

Toutes nos craintes et nos analyses exprimées au lancement officiel de l’affaire en juin se vérifient (voir notre article en lien).

 

La médiatisation a donné une publicité considérable au prosélytisme sectaire autour d’un phénomène marginal. Davantage de femmes risquent maintenant d’être victimes de ces pratiques, quelles que soient les interdictions.

 

Là où il y avait unanimité pour les dénoncer et les combattre, pour porter assistance, cas par cas, aux personnes concernées, prédomine maintenant une profonde division sur la loi éventuelle et ses contours que certains politiciens ont tout intérêt à entretenir pour tenir leur posture, notamment électorale.

 

La laïcité, au nom de laquelle certains se sont saisis du problème, a été battue en brèche par la « mission » parlementaire elle-même. Elle est allée jusqu’à donner rang de consultant de la République à un tartuffe islamiste comme Tariq Ramadan. Maintenant l’éventuel projet de loi devrait être soumis à l’accord préalable des dignitaires religieux « modérés ». Incroyable !

La mission, complètement hors de son sujet, a même envisagé d’instituer de nouveaux jours fériés au nom de fêtes religieuses. Quelles prétentions sont autorisées à tous les clergés demain pour interférer dans la vie publique !

 

La stigmatisation, des citoyens originaires de pays où la religion musulmane est dominante (seule dénomination exacte), n’en a pas moins fonctionné à plein.

En agitant le spectre de la burqa, stupidement et odieusement qualifiée, entre autres, de « marée noire sur un iceberg » par André Gerin, on ne pouvait mieux nourrir les peurs et les fantasmes fabriqués pour diviser notre société.

Les communautaristes et les mouvements politiques d’extrême droite de tout poil (fascistes, islamistes,…) se réjouissent devant le bon beurre à faire.

 

Le pouvoir sarkozyste s’ai saisi goulûment de la perche tendue, en se permettant d’avoir l’air de ne pas y toucher directement.

Quand en septembre 2008, le député UMP, connu pour ses positions extrémistes et nationalistes, Jacques Myard, déposait sa proposition de loi contre la burqa, le gouvernement n’avait pas su qu’en faire.

En juin 2009, qui plus est, recyclée par un député de gauche (et même PCF ! ) aux côtés de caciques de l’aile la plus droitière de l’UMP (dont l’écoeurant Raoult), l’affaire est aussitôt reprise par Sarkozy dans son discours devant le Parlement réuni en congrès à Versailles.

A la rentrée, elle est naturellement intégrée par le ministre Besson dans le débat dégoûtant sur « l’identité nationale » dont les immigrés sont la cible, le bouc émissaire évident (notre analyse en lien).

 

Dans l’intérêt des droits de la femme, des femmes soumises à la pratique sectaire du voile intégral, pour le respect de la laïcité républicaine, pour le combat contre le racisme et tous les extrémismes politiques fascistes, contre la diversion malsaine recherchée par le pouvoir, continuons à dénoncer ce débat, faisons notre possible pour y couper court !

 

Et revenons aux luttes essentielles contre la politique au service du Medef qui atteint le plus grand nombre des travailleurs et essaie de détruire notre société, sa cohésion, ses acquis démocratiques et républicains.

 

Le succès de la manifestation pour l’éducation nationale, pour l’école laïque et républicaine attaquée de front le pouvoir, le patronat et le capital, samedi prochain est une des meilleures ripostes !

 

(voir aussi, l'expression de nos désaccords avec les positions d'André Gerin)

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article