PCF et municipales à Paris – Quelques uns décident d’abord. On consulte les communistes après !

8 Janvier 2008 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #PARIS

Municipales: camarades, ne les laissons pas continuer à discréditer le PCF à Paris !

 

Déclaration du secrétariat de la section du PCF Paris 15ème

 

Quel contraste ! 7 mois avant le scrutin municipal, Jean Vuillermoz, président sortant du groupe PCF au Conseil de Paris, se réjouissait de la candidature de Delanoë. Les élus sortants et la direction « exécutive » du PCF Paris se préoccupaient déjà des places sur les listes du PS aux municipales. Mais aujourd’hui, 2 mois avant l’élection, aucune orientation de campagne, encore moins de lutte n’est audible.

 

Cette semaine, entre le 7 et le 12 janvier, ces « dirigeants » prétendent organiser une « consultation » des communistes sur les municipales. Sous la pression de l’urgence, ils soumettent le résultat peu glorieux de leurs négociations avec le PS.

 

N’avaient-ils pas le temps d’organiser le débat dans la fédération sur le bilan de la municipalité de Delanoë, sur celui des élus PCF ? Si bien sûr mais ils ont choisi de ne pas le faire. Parce qu’ils le craignaient sans doute. Nous nous sommes déjà exprimés sur le sujet. Dans la municipalité social-libérale de Delanoë, les élus PCF ont joué un rôle de caution de gauche. Guère plus, avec quelques nuances selon les arrondissements.

La récompense pour cela de la part du parti hégémonique, c’est une réduction du nombre d’élus communistes, en fin de compte de 11 à 7 ou 8 conseillers de Paris.

 

Depuis septembre, la direction départementale, les prétendants aux places, sont accaparés par les tractations avec le PS. Il est étonnant de voir des élus sourds à nos courriers les invitant à combattre la spéculation à Beaugrenelle, à défendre les centres de santé conventionnés, nous supplier maintenant de les aider à garder leurs places.

 

On nous demande cette semaine d’approuver le résultat des tractations avec le PS.

 

Notre assemblée de section s’est exprimée à deux reprises pour des listes de rassemblement au premier tour présentées par le PCF. A Paris en particulier, il serait de notre responsabilité de donner la possibilité de voter communiste pour combattre la droite et sa politique et pour peser sur les orientations d’une municipalité de « gauche ». Il ne serait pas trop tard.

 

Mais comment imaginer lancer ces listes aujourd’hui alors qu’avec les élus sortants, le PCF s’est pratiquement effacé du paysage politique parisien. Depuis le début de la campagne, ils continuent, se bornant à quelques déclarations de complaisance. Des listes autonomes avec cette ligne et ces équipes, c’est s’assurer un résultat équivalent ou pire que celui de Marie-George Buffet aux présidentielles (1,4%). La direction du PCF Paris le sait bien. Elle espère faire avaliser son choix en s’appuyant sur son propre refus de faire valoir le point de vue communiste depuis des années. Quand nous disons « direction du PCF Paris », il ne s’agit pas du Conseil départemental, seule direction statutaire, réduite à l’état de chambre d’enregistrement des décisions du groupe « exécutif ».

 

Il n’est pas question pour nous de cautionner ces pratiques et cette ligne qui rentre précisément dans le cadre de la stratégie liquidatrice du PCF national que nous combattons. Nous invitons les adhérents de notre section : soit à voter NON à l’accord proposé, soit à boycotter le vote. Il va de soi que nous n’admettrons pas non plus que les candidats, comme les rumeurs circulent, soient désignés unilatéralement par le groupe dirigeant, imposés dans des arrondissements avec lesquels ils n’ont rien à voir.

 

Pas question surtout d’être absents de la campagne des municipales. Au plan national, c’est une première occasion électorale de manifester son opposition à la politique de Sarkozy. Au plan parisien et au plan du 15ème, c’est un moment privilégié pour faire avancer nos luttes, notamment contre la spéculation immobilière, pour les services publics, pour le logement social. C’est aussi, de façon importante, pour notre section dont l’activité est dirigée aussi vers les salariés travaillant dans le 15ème de faire campagne pour le vote communiste en banlieue, pour défendre et gagner des municipalités communistes pour l’avenir.

 

A Paris, nous ferons partie de ceux qui ne laisseront pas discréditer le PCF.

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article

La Louve 09/01/2008 10:55

;) Vous offrez l'asile politique aux autres camarades parisiens?Blague à part, bonne année aux camarades du 15 ème d'abord.Ensuite, je partage à 100 % cet appel et je vais d'ailleurs le diffuser. L'analyse développée est excellente. Bien sûr , une fois que l'o n a mis les camarades dos au mur, une fois que l'on les consulte, dans un simulacre de démocratie , moins de 2 mois avant le scrutin, comment voter "contre" sans crainte? Pourtant il va falloir voter contre cette proposition réformiste sociale démocrate.On le sait la campagne du PCF parisien (disons, d'une partie de son appareil..)  a commencé il y a plusieurs mois et laisse peu de place à un autre choix "sérieux"...Bien sûr on le sait, si le vote contre l'emporte et que nous faisons une  liste communiste de rassemblement au 1er tour, si notre score n'est pas très bon on dira "voilà ce que vous avez fait" , sans prendre la peine de relever que c'est la responsabilité d'une partie de l'establishment qui nous a amenés là! Mais tenons compte aussi que notre retour aux sources, notre retour au communisme, peu aussi bien sonner notre renouveau et la renaissance du PCF. Moi je ne l'exclus pas. Ca ne se fera pas en un an et deux élections mais cela peut se faire assez rapidement quand même et je suis une optimiste forcenée: tant qu'il ya de la vie il ya de l'espoir.Bref, une très bonne analyse donc.La section du 17 ème vote demain soir. Pour ma part je vote contre ce proje t de liste (pour des raisons que j'ai déjà exprimées plusieurs fois), et je vote également contre le soi disant "programme" du pcf pour PAris, sorti de nulle part, (en réalité, une plaquette commerciale), et je sais que pas ma l de camarades vont s'abstenir.Et ce n'est pas la déclaration de JM Ayrault hier sur le référendum et le Traité de Lisbonne qui va me faire changer d'avis au contraire, elle me donne même envie de boycotter les candidats PS qui n'auront pas pris position clairement contre le Traité et pour le référendum.Fraternellement à toutes et à tousLa Louve