Résultats d’EDF : les privatiseurs tentent d’utiliser la « crise » pour rançonner les usagers

13 Février 2009 , Rédigé par PCF - Section Paris 15ème Publié dans #EDF et GDF

Résultats d’EDF : les privatiseurs tentent d’utiliser la « crise » pour rançonner les usagers

 

Le « Groupe EDF » a rendu publics ses résultats financiers pour 2008. Il annonce un bénéfice net de 3,4 milliards d’euros.

 

En soi, il s’agit d’une somme colossale. Mais le patron d’EDF, Pierre Gadonneix, relayé par les media, préfère insister sur le recul de 39,5% des profits affichés par rapport à 2007. Il tente de faire passer EDF pour une victime de la « crise » dans le contexte de récession et réclame aussitôt à cor et à cri une hausse des tarifs.

 

Pourquoi vouloir pénaliser à nouveau le pouvoir d’achat des ménages et l’activité des entreprises, usagers d’EDF, qui plus est en pleine période de crise économique, alors que les caisses du groupe sont pleines ? Pour investir ? Que non ! Pour accélérer la privatisation ! 

 

1- Que veut faire la direction d’EDF des 3,4 milliards de bénéfices affichés? Elle a décidé de maintenir le même versement de dividende aux actionnaires que l’an dernier, soit 2,3 milliards d’euros.

 

2- Où va l’argent de nos factures ?

 

A regarder de plus près les comptes de l’entreprise, on constate que le bénéfice brut d’exploitation, qui correspond à l’activité réelle, n’est pas du tout en baisse mais en hausse de 2,2% en France à 10,2 milliards d’euros (de 1,5% au niveau du groupe à 15,4 milliards). En clair, EDF a dégagé davantage de bénéfice de la production et de la vente d’énergie aux particuliers et aux entreprises en 2008 qu’en 2007.

 

Mais entre ce résultat réel et le résultat final affiché, 1,2 milliard d’euros sont mis de côté pour rembourser dans certains cas des groupes privés concurrents de leur différence de prix avec les tarifs EDF. Incroyable mais vrai, d’après une disposition gouvernementale scandaleuse de 2007.

 

EDF a également acquis le groupe britannique « British Energy » au prix spéculatif de 15,8 milliards d’euros, dont 2,7 milliards déboursés pour l’année 2008 (et a augmenté considérablement ses tarifs en Grande-Bretagne, marché complètement dérégulé).

Le reste de la somme va venir. La direction d’EDF a aussi annoncé en décembre qu’elle rachèterait le groupe américain « Constellation Energy » pour 4,5 milliards de dollars.

 

Le patron d’EDF, et derrière lui le gouvernement de l’Etat actionnaire, veulent nous ponctionner encore plus, dégrader la situation de l’emploi, le statut et les conditions de travail des électriciens pour préparer la privatisation en France et jouer au Monopoly financier dans le reste du monde.

 

Ils utilisent la crise financière pour aggraver la politique qui est à l’origine de la crise financière : des pyromanes !

 

Un rapport de force existe dans le pays pour inverser cette logique et reconquérir le service public !

 

Dans l’intérêt du pays, les bénéfices d’EDF doivent servir à investir en France (ex : centrales à réacteurs EPR) et à fournir à l’économie du pays l’électricité la moins chère possible.

Usagers, particuliers et professionnels, demandons la baisse des tarifs de 10% en France ! C’est encore plus important pour soutenir et relancer l’activité en ce temps de crise.

 

Refusons de laisser le pouvoir transformer EDF en une multinationale privée ! Exigeons l’arrêt des rachats ruineux d’entreprises étrangères ! EDF n’a pas à se conduire en prédateur capitaliste à l’étranger. EDF nationalisée, doit au contraire rester un modèle de service public pour coopérer avec des services publics d’autres pays.

 

Exigeons la renationalisation intégrale d’EDF et le rétablissement du monopole public, conquis à la Libération, de la production, du transport et de la distribution d’électricité ! Ce modèle n’a cessé de faire ses preuves sur le plan technologique, économique, social. Pensons aux interventions des agents après les tempêtes.

La concurrence, la privatisation ont fait la preuve du contraire partout : explosion des tarifs, insécurité énergétique (pannes), dizaines de milliers de suppressions d’emplois… Les directives européennes contraires à l’intérêt du pays n’ont pas à être appliquées à France !

 

EDF, GDF, AREVA renationalisées à 100% peuvent et doivent composer un pôle public national de l’énergie au service du pays !

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article